ok l'ancienne version était peut-être mieux :srs:
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 S'il faut que je meures, autant ne pas avoir de regrets... | Dalia A. Anders

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soda
All hail Soda-sama
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 24/06/2012

MessageSujet: S'il faut que je meures, autant ne pas avoir de regrets... | Dalia A. Anders   Dim 24 Juin - 20:26


❝ Dalia Adriana Anders ❞

❝ Hmm... ❞

❝ Identité❞
NOM : [ Anders ]
PRÉNOM(S) : [ Dalia ; Adriana ]
ÂGE : [ 13 ans ]
SEXE : [ F ]
CLAN : [ Libra ]
NATIONALITÉ : [ Anglaise ]
ORIENTATION SEXUELLE : [ Hétéro' ]
BATTLE : [Non]
ARME : [ Son silence ? OwO ]


❝ Hors RP ❞
SURNOM : [ Yuka' - Momo and other \o/ ]
ÂGE : [ 14 ans 8D ]
DOUBLE COMPTE ? : [ Vouiiii >w< | Yukari A. Shûzen \o/ ]
AVATAR : [ Dalian / Dantalian no Shoka ]
COMMENT TU ES ARRIVÉ ICI : [ On se demande /o/ ]
UN MOT POUR LE FORUM : [ Owata ! \o\o/o/ ]
CODE : [ Nous sommes de retour Pour vous jouer Afin de protéger le monde de la dévastation Afin de rallier tous les peuples à notre nation Afin de dénoncer l'amour et la vérité Afin d'étendre notre pouvoir jusqu'à la voie lactée ]


❝ Physique ❞

Dalia, elle est jolie, mignonne et elle le vaut bien 8D //SBAFF// Nan plus sérieusement, on peut la qualifier de mignonne, c'est vrai, avouons-le. Son petit 1m 67 ainsi que sa taille fine et son air innocent qu'elle a très souvent y sont pour beaucoup. Ses longs et fins cheveux d'un noir d'ébène lui tombe sur les épaules avant de finir leur course au niveau de ses genoux. Une belle et longue chevelure, n'est-ce pas ? Sa peau blanche contraste parfaitement avec ses yeux rouges comme le sang, couleur qui attire beaucoup de regards désireux de ses jeunes garçons - retentez votre chance les gars 8D *sors * -. Son style vestimentaire n'est pas des plus banales, mais ne sort pas de l'ordinaire non plus. Souvent vêtu de robe rouge et noir, style gothic lolita, lui arrivant au dessus des genoux, elle porte également un couvre chef blanc ainsi qu'un grand nœud rouge noué derrière sa tête. Elle a également une sorte de collier de fer relié à un cadenas tenu par des chaînes. Etrange n'est-ce pas ? Dites plutôt cela aux personnes qui lui ont mis ça autour du cou... C'est vrai qu'elle ne passe pas inaperçu, et pour couronner le tout, elle se balade toujours avec un gros livre dans les mains, donc, si vous la rater, c'est vraiment que vous avez besoin de lunettes.
❝ Caractère ❞
« Hmm, pardon, vous me parliez ? »

Résultat que vous obtenez quand elle est plongé dans son livre. Et oui, pour le bonheur des uns, et le malheur des autres, Dalia n'est pas une grande bavarde. Elle préfère rester scotché à son bouquin plutôt que d'engager la conversation avec le premier venu. Restant distante par rapport au monde qui l'entoure, elle arrive, sans le vouloir, à mettre les gens mal à l'aise quand elle lève la tête de son ouvrage, même les professeurs. Elle a d'ailleurs du mal à comprendre pourquoi il s'affole devant elle et se replonge dans son livre, faisant comme si la personne devant elle n'existait pas. Dalia a aussi tendance à regarder les gens dans le blanc des yeux pendant quelques minutes, avant de reprendre sa lecture, et ça, personne n'a jamais compris pourquoi. Elle est également très polie et n'hésite pas à vouvoyer tout le monde, même ceux qui l'insulte, qui essaye de nuire à son existence bref, tout le monde. C'est une jeune fille doté d'un calme légendaire, même dans les plus étranges situations. Elle adore lire, avec une tasse de thé, c'est quelque chose sans quoi elle ne pourrais pas vivre heureuse. S'éloigner du monde actuel pour se plonger dans un monde nouveau, c'est ce qu'elle aime. Chanter aussi, elle a une voix très douce et à tendance à chanter des chansons mélancoliques. Ce qu'elle n'aime pas, personne ne le sait vraiment, elle ne montre aucun signe de dégoût envers quelque chose en particulier.
❝ Histoire ... ❞
« Dalia ! Ton père et moi travaillerons toute la journée demain, tu risques de ne pas nous voir, et demain soir, nous sortirons voir des amis, nous reviendrons tard dans la nuit, fais attention à toi et ne te couches pas trop tard, d'accord ? Après tout, tu n'as que 9 ans ~» déclara une jeune femme.

« D'accord. »

La mère de la jeune fille lui fit une bise sur le front, avant d'éteindre la lumière et de fermer la porte. Dalia avait beau réfléchir, elle ne se sentait pas affecter par l'absence de ses parents, elle avait l'habitude à force, c'était toujours le même refrain. Le travail, les amis, et leur fille alors ? Elle ne se sentait pas délaisser, loin de là. Quand ils étaient présents, ils lui témoignaient énormément d'affection, mais elle aurait aimé qu'ils soient là plus souvent. Puis, elle se fait une raison. S'il travaille jusqu'à tard le soir, c'est grâce à cela qu'il vive dans une superbe maison, et les amis, ils vont les voir pour se détendre. Sur ces pensées, la petite brune s'endormit.
Le matin venu, comme l'avait dit sa mère, elle ne les vit pas. Ils étaient sûrement déjà partis. Prenant son petit-déjeuner, elle se prépara et se dirigea vers l'école. Non non, elle n'était pas victime de moqueries ou des choses comme ça, bien au contraire, les enfants l'admirait, ou plutôt, admirait sa mère et sa famille. Et ils prononçaient toujours les même mots : « Ta mère est magnifique, tu as une grande maison, tu es riche et ton nom est très connu, quelle chance ! », mais elle n'en avait que faire, tout ce qu'elle voulait, c'était voir ses parents le plus possible. Le soir venu, elle rentra chez elle, fit ses leçons, mangea et monta à sa chambre. Elle ne supportait pas être en présence des domestiques. Ne savant pas trop quoi faire, elle se plongea dans un livre et finit par s'endormir. Le lendemain matin, la porte de sa chambre claqua, se qui la réveilla en sursaut. Une domestique était entrée brusquement dans sa chambre, les larmes aux yeux, en murmurant des « Mademoiselle, mademoiselle... » presque inaudible. Dalia se leva, sortit un mouchoir de sa poche et sécha les larmes de la jeune fille.

« Eh bien, pourquoi pleurez-vous ? »

« Vos parents, vos parents sont... »

La jeune fille tiqua sur les mots de sa servante, elle venait de comprendre, ses parents venaient de quitter ce monde. Mais pas une larme ne coulait, pas un cri ne se faisait entendre, Dalia resta de marbre.

« De quelle façon est-ce arrivé ? »

« D'après la police... il s'agirait d'un meurtre. » dit la jeune servante entre deux sanglots. « Les malfaiteurs voulaient une rançon. »

La brune se contenta de baisser la tête, donnant le tissu à la domestique en murmurant un « Je vois. ». L'orphelinat le plus proche de chez elle accepta avec une facilité déconcertante de prendre Dalia. Malgré cela, toute la fortune de ses parents lui revint de droit.
Quelques jours après son arrivée à l'orphelinat, les enfants la redoutèrent. Son apparence, ainsi que son statut la firent rejeter de tous. Mais elle ne répliquait pas, elle ne disait rien, gardant tout pour elle, et ne pensait en aucun cas à se venger, à croire qu'elle était naïve, non ? Et quelques années plus tard, le jour de ses 12 ans, ses camarades lui firent une blague de mauvais goût. Alors qu'elle lisait tranquillement, ils réussirent à la convaincre d'aller dans une petite salle inoccupée de l'orphelinat. Elle entra dans le pièce sans un main, et la porte se referma brusquement, tout était noir. Des personnes surgissant de nulle part lui attachèrent les mains et les pieds avec de la corde, et lui mirent une sorte de collier en fer, retenu par un cadenas grâce à des chaînes. Quand la lumière fut rallumée, les enfants se moquaient d'elle, et l'un d'eux dit :

« Comme ça on est sûr que le démon ne viendra plus nous importuner ! »

Dalia ne dit rien, et se contenta de baisser la tête. Que pouvait-elle faire ? Rien, absolument rien. Quand les adultes de l'orphelinat la découvrirent dans cet état, ils s'affolèrent, lui déliant les mains et les pieds, mais n'eurent jamais parvenu à enlever le cadenas que les enfants lui avaient attachés au cou. Voyant qu'elle se faisait persécuter, et qu'elle ne disait rien, ils l'inscrirent à Infinite World l'année suivante.

« Êtes-vous prêtes, mademoiselle ? » dis une jeune femme.

« J'arrive tout de suite. »

Dalia referma sa valise, se dirigeant vers le taxi. Elle salua une dernière fois le personnel de l'orphelinat ainsi que les enfants et partit pour de bon. La voiture la déposa devant les imposantes grilles d'Infinite World. Et une question décisive lui fut posée.

« Veux-tu faire parti de la Battle ? »

« Non merci. »

« Bienvenue à Infinite World, Dalia Anders. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daysinhaze.forumsgratuits.fr
 
S'il faut que je meures, autant ne pas avoir de regrets... | Dalia A. Anders
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel parametre faut -il configurer pour que l'alerte vitesse soit rouge quand on depasse la vitesse autorisée
» [Résolu] Modifier dossier par défaut "enregistrer sous"
» Que me faut-il comme GPS de loisir ?
» Débat du week-end : faut-il passer au SSD ?
» L'editeur retrouve son dossier par défaut si...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hourai Aika :: Konohahahaha :: ※ Fiche de présentations-
Sauter vers: