ok l'ancienne version était peut-être mieux :srs:
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 cette fiche est maintenant présentable •• Azaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: cette fiche est maintenant présentable •• Azaël   Sam 30 Mai - 20:24

Renoir
Azaël
22 ans - 29 Juin 1993
Célibataire
Bisexuel
Teint blême
72 kg
181cm
Blond platine, fab
Yeux bleu clair
Français
Deutéranope
Voix grave
Gentleman
Caractère

Généreux - Franc - Athlétique - Toujours prêt à écouter les gens - Ouvert d’esprit - Extraverti - Souriant - A du charme - Énergique - Soigné - Met du coeur à l’ouvrage

Prétentieux - Narcissique - Mauvais perdant - Insouciant - Égoïste - Dit des choses blessantes sans s’en rendre compte - Pas vraiment fidèle/loyal - Prend tout à la légère - Ne sait pas être réellement sérieux - Parle vraiment trop de lui-même - Sans gêne - Insensible - Fait croire qu’il est handicapé à cause de sa deutéranopie alors que non, et il en profite un peu trop - Se la pète - A très peur de l’engagement et des responsabilités - N’aime pas étudier - Désorganisécaractère


Histoire

Alors j'ai pas encore tout + ça fait longtemps que j'y ai réfléchi mais en gros ça donne ça :

- naît dans une famille "noble" genre riche et tout et ils vivent dans une grande baraque avec piscine mais pas un manoir, t'as cru www (ils sont modernes woah)
- a 2 grands frères derrière lesquels il passe un peu inaperçu + maladie génétique : il est deutéranope c'est-à-dire qu'il ne distingue pas le rouge du vert comme son frère aîné, ce qui est un peu chiant en fait
-  sa vie se passe plutôt bien même s'il se sent seul parce que pas dans le même monde que les autres enfants de ses écoles + pas très noticé par ses parents donc sobs
- idk là il est censé se trouver une passion je pense •• et si c'était un perso qui crée des histoires et invente des persos et se donnait du feels tout seul comme un con ahaha
- un jour je verrai si Kae veut faire Namie, auquel cas il la rencontre et sinon euh bah ce sera une fille random et j'imagine qu'y aura 2 routes du coup
- arrive au lycée et veut se faire noticer alors drague toutes les filles mais ça n'aboutit jamais + il se rend compte que draguer des mecs c'est cool aussi alors yolo
- idk mais j'AI BESOIN DE FEELS ICI

A votre propos

Pseudonyme : Kono
Âge : 17 ans
Commentaire : idk



Euh la V2 ? (note : retirer les blockquotes + justify si jamais faut la reposter)

RENOIR Azaël
EN Général
▬ Nom : Renoir
▬ Prénom : Azaël
▬ Âge : 22 ans (29/06)
▬ Orientation sexuelle : Bi'
▬ Dans quelle maison voudrais-tu aller et pourquoi ? Doredia et euh j'aime bien Fragilady est-ce que c'est mal



Azaël, c'est un garçon élancé d'un mètre quatre vingt-un, à la carrure svelte mais pas frêle, il lui manquerait peut-être juste un peu de muscles. Sa peau est très pâle, blême pour certains, et il est du genre à cramer quand il est trop longtemps exposé au soleil. Ce qu'il trouve d'ailleurs regrettable, il aimerait bien se faire bronzer de temps à autres. M'enfin, c'est la vie.
Ses cheveux sont blonds platine de naissance, c'est une couleur relativement peu commune qu'il apprécie. Ah, il les aime, ses cheveux. Peut-être un peu trop. Au réveil, ils sont mi-longs, lui arrivant aux épaules, raides, doux. Et puis, il y a le passage à la salle de bain. [Musique dramatique] Après ces quelques longues minutes (une demi-heure tous les matins), les cheveux d'Aza', ben… C'est swag. Il met un point d'honneur à se faire une sorte de banane totalement fabulous tous les jours, en veillant à ce que les mèches qui n'en font pas partie soient elles aussi pleines de gel. Bon, le résultat est assez classe, et tient bien (les années d'entraînement), mais ça coûte cher, le gel. Erf.
À part ça, il a un joli minois aux traits plutôt fins, auquel s'ajoute un certain charme naturel dont il profite un peu trop, le blond. Parce qu'il sait qu'il ne laisse généralement pas de marbre, avec sa gueule d'ange et ses beaux yeux de glace, il n'hésite pas une seule seconde à en rajouter, en adoptant des mimiques charmeuses, assurées, traîtresses. Faire les yeux doux ? Charmer ? C'est sa spécialité. Et le pire, c'est qu'il le fait très bien, autant par ses beaux sourires, que par le ton doux et parfois mystérieux qu'il sait adopter lorsqu'il parle. Plutôt grave, sa voix peut monter de façon étonnante quand il est joyeux ou enthousiaste, ou parfois quand il chante. Mais j'espère de tout coeur que vous ne l'entendrez jamais chanter. Ahem.
Une particularité qu'il a, et qui, pour le coup, l'emmerde pas mal, Aza', c'est qu'il est daltonien. Oui, oui, daltonien et plus précisément deutéranope. Il est parfaitement incapable de distinguer le vert du rouge, à la place de ces deux couleurs il ne voit qu'un espèce de kaki pas très joli. Ça, c'est pas un cadeau, et ça lui cause pas mal de souci dans la vie. Bien sûr, il a appris à vivre avec, il s'y est fait depuis le temps, mais imaginer qu'il existe de belles couleurs que tout le monde peut voir sauf lui, c'est un peu déprimant. Enfin, ça aussi, il a appris à s'en servir pour faire du charme. L'image du poète mélancolique, ça marche à presque tous les coups. Mais quel petit con en fait


▬ Surnom: Roze
▬ Nom du pokemon: Kecleon
▬ Nature: Timide (+ Vit. ; - Att.)
▬ Capacité spéciale: Déguisement

Roze est une Kecleon très timide, qui a peur d'a peu près tout et rien, et qui se cache en permanence derrière son dresseur (parce qu'elle est un peu stupide et qu'elle oublie qu'elle pourrait se camoufler — mais on lui en veut pas elle est mignonne). Une fois habituée à la présence d'une personne ou d'un Pokémon, elle est un peu plus ouverte, et peut facilement devenir joueuse et jouer quelques tours gentils aux autres de temps à autres. Elle n'a pas de mauvaise volonté, mais est assez maladroite et crée souvent quelques problèmes à Aza' à cause de ça. Enfin, ce n'est jamais bien grave, et elle fait de son mieux pour aider à réparer les dégâts. Le blond la trouve tout simplement «adorable», pour le citer.


Caractère

Azaël est une personne extravertie, qui n'hésite jamais à aller vers les autres. Énergique, franc, souriant, c'est vraiment pas difficile pour lui d'aborder les gens, ni d'être abordé. Généralement rayonnant de bonne humeur, il a la tchatche, il rigole, il est insouciant, et il s'amuse simplement. Il est également ouvert d'esprit et toujours prêt à écouter quiconque a quelque chose à dire, pour ensuite répondre, continuer la discussion, ce qu'il fait toujours sans aucun problème, ça doit être naturel chez lui. Ajoutons à cela un charisme important, qui fait de lui quelqu'un que l'on remarque plutôt facilement, et une certaine fierté non négligeable, qui ne fait qu'en rajouter à ce côté ouvert et facile d'accès. En bref, il fait relativement bonne impression naturellement, le blond.

C'est aussi un garçon généreux, qui donne ou prête facilement, sans se faire de souci, à ceux qui lui demandent. S'ils sont dans le besoin, pourquoi refuser ? Il aime aider les gens, car il aime voir leurs sourires une fois qu'il leur est venu en aide, leur soulagement. Ça fait toujours plaisir, d'aider les autres à sourire, non ? Soigné et soigneux, il met toujours beaucoup de coeur dans les projets dans lesquels il s'investit, et essaie de faire de son mieux. De ce point de vue-là, il semble être quelqu'un de travailleur et de motivé, mais ce n'est vrai que pour ce qu'il a envie de réaliser. Quand on le force à faire quelque chose, le résultat n'est pas le même. … Quand il y a un résultat. En effet, dans ces cas-là il n'écoute tout simplement pas et il est rare qu'il s'y mette. Lorsque c'est le cas, il fait le strict minimum, uniquement parce qu'il a peur de se faire réprimander, ou que ça lui nuise. Là, le coeur n'y est pas du tout, ça l'embête, même. Il ne se fait d'ailleurs pas prier pour se plaindre, se plaindre énormément. On croirait un gosse.

Le blond possède aussi un côté extrêmement égocentrique. C'est le genre de mec à parler un peu trop souvent de lui ou de ce qu'il fait — et à ce sujet il a toujours quelque chose à dire. Tou-jours. Pour certains, ça devient très très vite énervant. Prétentieux, vantard à souhait, grande gueule, c'est aussi ça, Azaël. Le charisme lui est monté à la tête, il faut croire — cela fait de lui un très mauvais perdant, il ne se soumet pas facilement. Très narcissique, il est beau, et il vous le fait savoir. Il n'a aucun remords à ce propos-là, et est du type sans-gêne, même carrément lourd. Mais en même temps, son attitude prétentieuse et égocentrique semble toujours désinvolte et frivole, si bien que l'on ne peut jamais vraiment savoir s'il est sérieux ou non quand il est comme ça. Il semble constamment prendre les choses à la légère, même durant les moments sérieux. Azaël ne sait pas être sérieux, et s'il y a bien quelque chose qui peut le gêner, ce sont les situations un peu graves, qu'il ne sait pas du tout gérer.

Sûr de lui le blond, mais que quand ça n'implique rien, et qu'il n'a aucune responsabilité. «Responsabilités». Ce mot, il l'abhorre, il l'évite à tout prix. Pourquoi ? Parce que les responsabilités, l'engagement, ça lui fait peur. Du coup, à vouloir toujours éviter ce qu'il ne sait pas gérer, il peut blesser, Aza'. Sans s'en rendre compte, ça lui arrive de dire des choses très blessantes, tout simplement parce qu'il ne veut pas se rendre sensible à la situation — il se croit vulnérable, et ça, ça ne lui plaît pas du tout, ça ne flatte pas son ego. … Ego ? Amour propre ? Oui, mais non. Il donne l'impression d'en avoir, d'en avoir un peu trop même, mais c'est uniquement pour couvrir un manque de confiance en lui qu'il n'admettra pas avoir. Il le cache aux yeux des autres, mais aussi à ses propres yeux. À force d'agir comme s'il était sûr de lui et fier, Azaël a fini par y croire.

Ce qu'il y a avec Aza', aussi, et ce par quoi à peu près tout le monde est obligé de passer en faisant sa rencontre, c'est la drague. Fille comme garçon, ça ne fait pas de différence, il aime draguer les gens, le blond. Pas spécialement pour se les faire même si il est pas contre, ni même en vue d'une relation amoureuse, mais simplement pour se faire remarquer, provoquer des réactions chez les autres. Draguer pour draguer, on pourrait dire. Très tactile, adepte des free hugs, il n'hésite pas à vous câliner, vous faire des patpats, passer le bras autour de vos épaules, et tout un tas d'autres trucs bien chiants qui vous empêchent de bouger librement. Pour flatter, complimenter ou encore charmer, il s'y connaît et a plus d'un tour dans son sac. Le sourire mystérieux, la voix suave, le regard pénétrant, il maîtrise tout ; il sait se faire désirer le blond. Généralement très insistant, c'est pourtant lui qui va vous fuir si vous commencez à devenir sérieux à son sujet. Parce que oui, il faisait juste ça «comme ça», une relation stable ne l'intéresse que moyennement pour l'instant.

Mais pourquoi draguer les gens «juste comme ça», alors ? Il en a brisés, des coeurs, Aza', de cette manière. Enfin, ce n'était pas son intention, loin de là, c'est pas quelqu'un de méchant. C'est simplement une personne qui manque de confiance en elle, mais aussi et surtout d'attention. La drague, c'est un moyen à peu près sûr de créer une réaction chez les gens. Et quand il y a une réaction, positive ou négative, c'est qu'il a réussi à l'avoir, l'attention qu'il recherche si frénétiquement. Alors il drague, il drague le blond, comme ça il est sûr qu'on le remarque, il est sûr qu'il vaut la peine d'être regardé. Voilà tout ce qu'il cherche, il ne faut pas aller plus loin. D'ailleurs, si l'on fait preuve d'attention amicale envers lui en lui faisant comprendre que plus, c'est trop, il arrêtera naturellement la drague, parce qu'il sait qu'il a quand même une place dans le coeur de ses amis, et c'est tout ce qui compte. C'est pas un mauvais bougre Aza', c'est juste qu'il sait pas trop s'y prendre autrement qu'en ramenant tout à lui, même les autres.


Histoire

Azaël est né dans une famille très aisée, à Céladopole, dans la région de Kanto. Cependant, il n'a pas connu cette ville très longtemps, à peine trois ans après sa naissance, ses parents ont décidé de l'envoyer vivre dans une résidence secondaire non moins luxueuse que la première avec ses frères aînés, à Unys. Une grande maison aux multiples pièces constituant chacune une cachette attrayante lorsqu'il s'agit de fuir les précepteurs et les domestiques. Parce qu'Azaël n'a jamais été un garçon très impliqué dans les affaires scolaires ou éducatives, ça l'ennuyait — et ça l'ennuie toujours. Il aimait mieux courir un peu partout, partir à la recherche de Pokémons dans le verger familial, ou encore aller embêter ses frères, qui eux, étaient plus sérieux. Et bizarrement, on le laissait plus ou moins faire, c'était le petit dernier, probablement pas l'héritier des affaires familiales, alors ça passait. Pour les mêmes raisons cependant, c'était aussi un garçon délaissé. Il avait tout ce qu'il voulait, mais il ne voulait pas grand chose, si ce n'est un peu d'attention. Ses parents étaient trop absents et ses frères, qui, en plus de lui faire de l'ombre, étaient trop occupés, il n'avait pour ainsi dire personne.

La solitude. Un sentiment qu'il a connu bien trop tôt, et comme si c'était naturel. À cela s'ajoute l'ennui. Alors il a fini par les suivre, ces cours de violon, ces cours de lecture, de langue, d'écriture. Au début ennuyé, il a fini par passer les premières difficultés, et devenir passionné. Ça aide à faire passer le temps. Le temps, et la mélancolie. Parce qu'on s'est vite rendu compte dans la famille, que, «lui aussi», il était deutéranope. Un problème génétique, qui touche son frère aîné et ses aïeuls, on n'y peut rien. On n'y peut rien, et lui il rêve toujours d'arriver à saisir le concept de «rouge», le concept de «vert», la différence entre les deux. Il a toujours eu l'impression qu'il loupait quelque chose, qu'il ne verrait jamais la beauté du monde dans son entier, le garçon.

Sa vie a commencé à changer l'année de ses onze ans, quand, pour la première fois, il a fréquenté dans une école publique. Changement de politique soudain de ses parents, il fallait apparemment «se fondre dans la masse», être «comme les autres». À cette époque, il ne comprenait pas pourquoi, Azaël. Mais il en a fait les frais. Parce qu'à l'école, c'était pas encore ça. L'adaptation a été difficile, il n'a tout simplement pas réussi à s'intégrer — c'est cruel, les enfants. Surtout avec ceux qui sont différents, surtout avec ceux qui sont seuls. Se moquer de son handicap visuel, changer ses crayons rouges pour des verts, l'accuser de ne pas connaître le bleu, le jaune, de ne voir qu'en noir et blanc, il a eu le droit à tout. Et il comprenait pas, parce qu'il avait rien fait, parce que c'était pas sa faute. Ceux qui sont censés l'aimer ne le voient pas, ce qui le voient le persécutent — qu'a-t-il fait pour obtenir cela, le blond ?

Cette même année, il a fait la rencontre de Namie. Namie. Si, si, c'était bien une fille, malgré son air de garçon et sa tendance à se battre un peu trop souvent. Elle aussi elle avait des problèmes avec les autres, elle non plus elle n'était pas appréciée. Au début, il l'ignorait, c'était pas ses affaires, c'est tout. Qu'aurait-il pu faire de toute façon ? Prendre le risque de se faire d'autant plus harceler en intervenant, alors qu'il pouvait faire profil bas ? Non merci. Mais durant un après-midi, où il s'était fait passer pour malade afin de pouvoir rester dans la salle de classe et échapper à l'enfer de la cour de récré, il a surpris une conversation des enseignants dans le couloir. Namie ? Son père ? … L'hôpital ? Pas d'autre famille dans le coin ? … Oh. Il n'aurait pas imaginé ça. Alors, est-ce qu'elle aussi, ses parents ne sont pas là ? Est-ce qu'elle aussi, que ce soit à la maison où à l'école, elle se sent mal ? À partir de ce jour-là, Azaël a senti comme un poids sur son coeur à chaque fois qu'il la voyait se battre, se faire frapper, blesser, et qu'il passait devant sans rien faire. Ignorer ? De plus en plus difficile. De plus en plus lourd, le poids.

Lourd, lourd, tellement lourd. Ça a fini par devenir insupportable. Alors Azaël, il s'est dit tant pis c'est rien, je vais prendre des risques, je souffrirai peut-être, mais pour elle, avec elle puisqu'on est pareils. Il a pris sa défense. Une fois, deux fois, trois. Jusqu'à ce que, finalement, les brimades cessent. Pour elle comme pour lui, d'ailleurs. Il aurait pas cru. Mais c'était une bonne chose, c'était agréable. C'est parce qu'ils étaient tous les deux, non ? Enfin… «Tous les deux», c'est relatif. Car apparemment, elle, elle avait rien demandé. Ça n'a pas été facile, au début elle voulait pas le voir, elle ne l'aimait pas. Mais le blond a persévéré, avec le prétexte que rester avec elle les empêchait de se faire embêter. Au fond, il l'aimait bien, et il voulait que ce soit réciproque, qu'enfin quelqu'un ait un peu de considération pour lui. Et il faut croire qu'à force d'insister, ça a dû marcher.

Amis. Voilà un mot qui sonne drôlement bien, pour une personne seule comme lui. Pendant les quelques années qui ont suivi, les deux étaient simplement inséparables. De deux ans l'aîné, Azaël se prenait pour le leader, dirigeait les jeux— enfin il essayait. Dans les faits, ça n'a jamais vraiment marché. Il ne se rappelle que trop bien de la fois où Namie lui a fait cadeau d'un joli ruban rose à mettre dans les cheveux, «parce que c'est plus dans ton style que dans le mien». … Oui, oui. Elle était plus virile que lui. Une drôle de paire, ces deux-là. Sur le coup, ce ruban, il l'a pris -les cadeaux ça se refuse pas-, mais il ne l'a pas mis. Non mais oh. Résultat, lui il lui avait donné une jolie écharpe jaune, toute douce, toute chaude. Une sorte d'échange de souvenirs, un jour que le blond n'oubliera jamais.

Et puis, quelques années plus tard, quand il allait vers ses quinze ans, et que sa routine en compagnie de son amie était devenue agréable, voilà que, justement, Namie… Disparaît ? Comme ça, du jour au lendemain, plus de Namie. D'abord la surprise, puis la confusion. Enfin, la tristesse, la solitude qui reviennent. «Le père de Namie nous a quittés, elle a dû partir chez sa famille, loin d'ici.» Pour Azaël, c'est Namie qui l'a quitté. Sans prévenir, sans moyen de la joindre. Et qu'est-ce qu'il lui reste, à lui ? Quelques photos. Des souvenirs. Et un ruban rose. Ruban rose qui, depuis ce jour, orne en permanence ses cheveux blonds.  

Voilà un autre tournant de la vie d'Azaël, une charnière, qui eut un «Avant» et un «Après». L'Après, on est encore dedans, d'ailleurs. Sans savoir si c'est pour le meilleur ou pour le pire. Ahem.

Parce qu'après ça, Azaël a été perturbé. Il s'est rappelé comment était le monde avant Namie : froid. Cruel. Un monde qui avançait sans lui, sans l'écouter, sans le voir. Des parents absents, des frères assez distants, le plus grand déjà parti de la maison pour aider Père et Mère dans leurs affaires. Affaires qu'il ne comprend pas encore totalement, à quinze ans, mais dont il sait qu'elles ne doivent pas être ébruitées. Sa famille baignait, et baigne encore dans des choses louches, pas forcément légales, toujours marquées par un grand «R». Des affaires pourtant florissantes, des affaires qui ramènent de l'argent. Sale, mais c'est de l'argent. Le blond ne disait rien, il n'avait rien à dire de toute façon. Il avait sa vie, et sa famille avait la sienne. Leurs seuls liens étaient de sang, aussi rouges que cette lettre qu'il associait à ses parents.

Sa vie, justement, elle ne semblait plus avoir de sens. La fin du collège, les quelques mois qui restaient avant le lycée, ça a été dur. Très dur. Seul. Il était tout simplement seul. Sans qu'il n'arrive à se rapprocher des autres, les jours passaient, sa vie s'écoulait, mais c'est comme s'il ne vivait plus, comme si le temps était un train défilant devant ses yeux bloqués sur la gare.

Et puis, les vacances. Comme une pause brûlante, qui passait peut-être encore moins vite que le reste, avançant malgré tout sans lui. Il a perdu la notion du temps durant cet été. Des après-midis à dormir sous un arbre du verger, regarder des films, lire des albums sur les Pokémons, jouer toujours plus de son violon… Imaginer ce que Namie pouvait bien faire, où elle allait, si elle pensait à lui… Il s’est coupé du monde, dans son verger et sa grande maison. Pourtant, il n'a même pas chercher à en sortir. Las, il rêvait souvent de faire une sieste éternelle. Pas mourir, non. Juste dormir. C'est agréable, ça écarte les tristes pensées et les problèmes.

Et alors justement, c'est quand il dormait qu'il a fait une deuxième rencontre, une rencontre qui l'a sorti de cette déprime dans laquelle il était depuis ces quelques mois. Ce n'était pas une jeune fille, mais une jeune Pokémon. Une jeune Pokémon «invisible», qui s'introduisait dans le verger et volait toutes sortes de fruits, de baies. Pendant quelques jours elle était le sujet de conversation des domestiques. C'est curieux, ça, un Pokémon «invisible». D'autant plus curieux que, quand tout le monde passait à côté, Azaël l'a très bien vu. Et sur le coup, la voir là, au beau milieu de l'herbe grasse, sous le nez des trois domestiques qui s'épuisaient à la chercher, c'était plutôt rigolo. Naturellement, lui est allé l'attraper, et surtout observer la tête des trois adultes quand il la leur a présentée. Un usage original et pratique de son handicap, pour une fois.

La pauvre petite était cependant terrorisée, alors il l'a laissée repartir. C'est bien dommage, elle était plutôt mignonne, comme Pokémon. C'est peut-être la peur qui la faisait se rendre invisible pour les autres. Dommage pour elle que ça n'ait pas marché avec tout le monde ! Parce que, quand elle est revenue, ça a été le même scénario. Et elle est revenue une fois, deux fois. Trois. Cinq. Tous les jours il l'attrapait, tous les jours elle revenait. C'était un jeu, c'était tendu, ça lui donnait des frissons. Si elle avait eu peur les premiers jours, elle se laissait ensuite bien volontiers repérer. Amusant ! Le jeu a duré bien longtemps, et avant qu'Azaël ne s'en rende compte, l'été avait pris fin. Le lycée, hein ? Pas envie… Lui il voulait rester dans sa bulle, courir après Kecleon, encore, jouer, l'attraper, lui parler, la nourrir. Sans le remarquer, il s'était fait une deuxième amie, avait trouvé quelqu'un d'autre avec qui rester, qu'il ne voulait pas voir partir. Sa vie était bien plus vive, plus vivable.

Alors il est un peu tombé de haut quand il a fallu retourner en cours, aussi parce que ses frères l'avaient précédé dans son établissement. Pas le droit à l'erreur, hein ? Eh bien euh tant pis, ça ternira l'image de la famille, mais la «famille», c'est relatif quand même un Pokémon sauvage vous donne plus d'attention que tous ses membres réunis. Voilà voilà. Sans se faire de souci, il a repris ses études en fournissant à peine le minimum de travail demandé. Quand c'est chiant, c'est chiant, non ? Ce qui l'intéressait, c'était de rentrer le plus vite possible jouer avec Roze — joli nom pour Kecleon, non ? Il y songeait en cours, imaginant sa vie de Pokémon quand lui s'ennuyait, vissé sur sa chaise. Pas vraiment les mêmes choses.

Ayant retrouvé son énergie naturelle grâce à Roze, ayant aussi grandi et gagné en allure, Azaël a fini par se rendre compte qu'il… Plaisait ? Plutôt étrange, pour quelqu'un se faisant jusque là peu remarquer. Mais il les voyait bien, les filles du lycée qui le fixaient en chuchotant, qui gloussaient quand il les regardait. Au début désorienté, il s'est bien vite adapté. Avoir autant d'attention sans rien faire pour, c'était agréable, mais il en aurait d'autant plus en agissant. Non ? Si. Un changement radical s'est opéré en lui durant l'année de ses seize ans. Plutôt seul et peu bavard auparavant, il s'est très vite retrouvé entouré et vantard, une transformation assez radicale, qui n'a pourtant pas surpris les esprits. Il donnait l'impression de s'être simplement éveillé, d'avoir trouvé sa place. Mais il en a peut être un peu trop fait.

S'ouvrir, c'est une chose, draguer toutes les filles, c'en est une autre. Mais comment résister à l'idée de monopoliser leur esprit, d'occuper une place spéciale pour ces dames charmantes ? Il a d'abord plu pour sa maladresse, son attitude légèrement timide envers elles, mais pleine de volonté. Et puis, à la fin d'année, après avoir déjà eu plusieurs copines, et charmé encore plus de filles, sa réputation n'était plus à faire. «Galant», «canon», «charismatique», et plein d'autres termes de ce genre pour décrire un blond sortant à peine de l'enfance ; à l'air assuré mais encore rempli de doutes, fragile et tourmenté. C'est à cette période qu'il est devenu le Azaël qu'on connaît, à peu de choses près. Toujours là pour faire du charme, au début présent aussi pour les choses plus sérieuses, et puis fuyant de plus en plus ses responsabilités. Oups. Parce que oui, séduire les filles, c'est bien, mais endosser le rôle de petit ami alors qu'on cherchait à se faire remarquer sans les aimer vraiment, c'est moins bien. Mais si elles avaient dit non, il aurait arrêté hein, promis ! Facile à dire quand le mal est déjà fait. Des baffes. Il a donc fini par s'en prendre. Mais on s’habitue vite.

Notons aussi qu'à sa dernière année de lycée, il s'est rendu compte qu'en fait, les mecs aussi, il pouvait les draguer. C'est qu'il y avait pas songé avant, il comprend rapidement mais il faut lui expliquer longtemps, le blond. Là, il s'en est donné à coeur joie, négligeant totalement ses études. Entre ses petits jeux de drague et ses jeux avec Roze en rentrant, c'est devenu un homme très occupé. En un sens, il n'avait plus le temps d'être triste, et c'était tant mieux. Après le lycée, son mode de vie est resté le même, si ce n'est qu'il a décidé de partir en voyage avec Roze, pour quelques années sabbatiques, parce que bon, quand on a autant d'argent que lui grâce à sa famille, le travail et les études, c'est un peu secondaire. Ah, l'insouciant.

Ça lui a ouvert d'autant plus l'esprit, de rencontrer moult gens et Pokémons, ça lui a fait du bien. Et au moins il avait une excuse pour arrêter les relations au premier soir. «Nos adieux me déchirent, mais tu auras toujours une place dans mon coeur, sois-en assuré(e).», ça sonne mieux quand on doit reprendre sa route que quand on va revoir le gens tous les jours jusqu'à l'été. Plutôt paisible, comme vie. Ça a duré un certain temps, et puis…

Euh. Il s'est passé plein de choses pas prévues. Quasiment du jour au lendemain, on lui a dit plus ou moins ça : «Alors oui la maison de cent pièces avec le verger immense à Céladopole et la vie de voyage tranquille tu oublies, reprends les études et trouve une occupation digne de ce nom si tu veux gagner ton pain», et comme il était à des lieues de Céladopole, on l'a laissé se démerder. Toujours aussi sympa, la famille. Il a fini par comprendre que les affaires douteuses de la Team R ont dû cesser. Comment, pourquoi, quelles étaient ces affaires, ça, il ne l'a jamais su, par contre. Ça l'a vachement fait chier, mais il a pas eu d'autre choix que de s'y faire, alors il a vite fini par relativiser, et puis comme il passait pas loin il a fini par s'inscrire à l'Académie Reaven. C'est un bon début pour pas crever de faim, non ?


Questionnaire
▬ Quelles sont les choses que tu aimes ?
LES FEMMES— *tousse* Euh, les hommes aussi, hein. Je ne veux pas faire de jaloux ♥️ J'aime également Namie, Roze, la compagnie, les gâteaux, le thé, les fleurs, lire, écrire, jouer du violon, danser, me faire beau et me regarder dans le miroir, que les autres me regardent, flirter, parler, les câlins, la chaleur, les films, faire la fête, faire la grasse matinée, et ne pas me prendre la tête. ☆

▬ Et que tu détestes ?
... Les responsabilités— ahem. Autrement, je n'aime pas mettre Namie en colère, me faire gronder ou ignorer, ne pas être capable de distinguer toutes les couleurs du monde, le café, les Pokémon Spectre (ils me font peur…!), être humilié ou laissé de côté, la poussière, la nourriture épicée, la boue, le froid, les situations compliquées, ne rien pouvoir y faire, eeeet— étudier.

▬ Arrives-tu souvent en retard en cours ?
Souvent je sais pas, mais de temps en temps, moui. La ponctualité aux rendez-vous, d'accord, mais les cours, c'est autre chose… ☆

▬ Est-ce que tu détestes être la dernière personne à quitter la salle de classe à la fin de la journée ?
Non, je m'en fiche. C'est sympa, l'ambiance qu'il y a dans une salle de classe vide le soir.

▬ Tu dois travailler avec des personnes que tu détestes. Comment réagis-tu ?
Oh, mais je ne déteste personne, voyons. ♥️ Le travail, par contre, c'est un peu plus compliqué. J'essaie, j'essaie, mais quand ça ne veut pas, que voulez-vous. Voilà pourquoi c'est bien de travailler en groupe, alors je ne vais pas me mettre à détester mes compagnons, si ?

▬ Quel est ton type de Pokémon préféré ?
J'aime beaucoup les Pokémon Plante !


Pseudonyme : Kono (sur Primepoc dans le temps j'étais Glen mais se souvient-on de moi je ne le sais pas *roule*)
Âge : 18
Commentaire : Je sais pas j'aime bien les smilies Métamorph + La fin de l'histoire est vraiment très caca pardon OTL
Source Personnage : Bravely Default - Ringabel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: cette fiche est maintenant présentable •• Azaël   Lun 4 Juil - 22:28


Code:
[img]https://www.pixenli.com/images/1455/1455732834025921300.jpg[/img]

x Et l'autre il parle en #ffab18 x
Code:
[right]x Et l'autre il parle en [b][color=#ffab18]#ffab18[/color][/b] x
[img]http://www.pixenli.com/images/1457/1457731451062170900.png[/img][/right]

Pour les RS :
Roze
Kecleon ; Timide (+ Vit. ; - Att.) ; Déguisement
Roze est une Kecleon très timide, qui a peur d'a peu près tout et rien, et qui se cache en permanence derrière son dresseur (parce qu'elle est un peu stupide et qu'elle oublie qu'elle pourrait se camoufler — mais on lui en veut pas elle est mignonne). Une fois habituée à la présence d'une personne ou d'un Pokémon, elle est un peu plus ouverte, et peut facilement devenir joueuse et jouer quelques tours gentils aux autres de temps à autres. Elle n'a pas de mauvaise volonté, mais est assez maladroite et crée souvent quelques problèmes à Aza' à cause de ça. Enfin, ce n'est jamais bien grave, et elle fait de son mieux pour aider à réparer les dégâts. Le blond la trouve tout simplement «adorable», pour le citer.
Attaques :
- Griffe ( 40 ; 100 )
- Mimi-Queue ( - ; 100)
- Léchouille ( 30 ; 100)
- Larcin ( 60 ; 100)

Euh ben Aza' c'est un naze de 22 ans qui aime bien faire la fête et s'amuser et draguer les gens en abusant de son apparence (il sait qu'il est beau et classe niez pas) donc voilà hein. Il aime pas trop trop l'école en fait, ça le barbe donc il dort un peu en cours ouuuh c'est pas bien. Et sinon euh il vient d'une famille de richous qui avaient trop le nez dans les affaires de la Team Rocket et qui lui prêtaient pas attention, mais depuis ben les affaires c'est plus trop ça donc il va devoir bosser pour gagner son pain (d'où les études). Il est deutéranope, ce qui est donc une "forme" de daltonisme, qui l'amène à ne pas distinguer le rouge du vert, pour lui l'un et l'autre sont plutôt une sorte de kaki assez moche. Mais il a appris à vivre avec, et le voilà qui fait des conneries, et qui s'en sert pour draguer style "je suis un poète maudit, quelle tristitude". Et il joue du violon, aussi, voilà voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
cette fiche est maintenant présentable •• Azaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche en onglets
» Fiche de présentation HTML qui ne veux pas se poster
» Vous n'êtes pas autorisé à ouvrir cette page
» Une fiche de pub avec un tableau en 2 lignes
» Problème: "Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hourai Aika :: Konohahahaha :: ※ oui bon ici c'est les fiches à Kono ok-
Sauter vers: