ok l'ancienne version était peut-être mieux :srs:
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Immortalia ou wathever •• Jude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Immortalia ou wathever •• Jude   Sam 27 Juin - 4:11





Jude O'Carroll
T o     b e
Or not to be ?





Je m'appelle Jude O'Carroll, mais garde en tête que c'est plutôt Jude, Judy, Ju' ou whatever en fait. J'ai 17 ans, je crois. Non je crois pas, je les ai en fait, hahaha. Je suis irlandais mais de toute façon c'est pas très important je crois, aujourd'hui je fais partie des Rives du Nil.
Mon dieu c'est Thôt, et il est bien plus doué en maths que le tien. Nah. Rien à voir, mais tu trouves pas que je ressemble à Adrian Hlaváček ? C'est perturbant. Encore rien à voir tiens, si tu veux me draguer, sache que je suis biromantique, sans connaître ma sexualité.



PHYSIQUE ET CARACTERE
The most difficult thing in


life is to know yourself.



Plutôt petit, avec son mètre soixante-quatre, Jude est un garçon assez fluet. Il a quelques muscles, évidemment, mais ils ne sont pas développés, lui apportant juste la force nécessaire pour vivre. On dira que le sport, il aime bien, mais n'excellera jamais. D'un roux naturellement irlandais, ses cheveux sont très épais et peu importe ce qu'il essaie d'en faire, quelques mèches par-ci par-là finiront toujours par rebiquer. Alors il a abandonné l'idée de les arranger, et puis au final il s'y est fait. Cette tignasse surplombe une visage très rond avec des joues dignes d'un hamster, vous savez, quand on les voit pour la première fois on n'a qu'une envie : tirer dessus comme si c'était celles d'un nourrisson. Sur l'une de ces joues, la gauche pour être exact, se loge un petit grain de beauté, juste en-dessous de l'oeil. Nombre d'actrices rêveraient d'arborer fièrement une telle parure, Jude, lui, s'en fout comme de l'an quarante. Il est là, c'est bien, il ne serait pas là, ce serait pareil. De toute façon il ne peut même pas le voir — trop près de ses yeux. Yeux d'un marron clair aux reflets parfois verdâtres, en amande mais pas trop, exprimant souvent une profonde réflexion — ou du moins l'apparence d'une profonde réflexion. Ils sont la plupart du temps plantés dans le vide, regard vague qui peut en dire long comme très peu, selon la personne qui les lit. Ce regard est très souvent (presque tout le temps, même), marqué par l'innocence, tout comme le sourire de Jude. Naïf, ce petit sourire lui donne un côté mignon. Ce n'est pas très viril, mais là encore il n'en a que faire, l'adolescent. Ça se saurait, s'il était un modèle de virilité, de toute façon.
Question vêtements, il les aime un minimum élégants, comme les vestes, chemises, ou encore les marinières. Il aime bien, voilà. La plupart de ses pantalons sont fins et près du corps, unis, surmontant des chaussures simples, aux lacets très peu serrés. Comme il n'est pas très costaud, il doit porter des ceintures avec presque tout, ce qui fait qu'il a commencé à en acheter plusieurs, simples mais de couleurs différentes. Il possède une jolie montre en cuir noir, à aiguilles. Tout simple et même un peu vieillote, mais il y tient beaucoup. C'est son seul accessoire, il ne s'encombre de rien d'autre.
Sa façon de se mouvoir peut faire rire, à première vue, car ses mouvements sont assez lents, presque comme endormis. Il prend son temps, dira-t-on. Il dégage également une aura très douce, bienveillante, avec toutes es mimiques décalées et parfois même à côté de la plaque. C'est qu'il confond encore parfois sa droite et sa gauche, perd l'équilibre sans trop de raison, ou a quelques moments de «bug», comme s'il était déconnecté. Sa personnalité se reflète énormément sur son attitude, c'est quelque chose qu'il ne maîtrise pas, et ne maîtrisera sûrement jamais, ça demande une concentration qu'il place autre part. Ajoutons qu'il ne sait pas mentir, donc ça se voit tout de suite quand il le fait : il bégaie, mélange ses mots, rougit, et finit par abandonner. Quelques mimiques lui sont propres quand il est gêné ou mal à l'aise : mordiller sa manche ou le bout de ses doigts, cligner des yeux quand il ne comprend pas ce qu'on lui demande, triturer le tissu de ses vêtements… Autant de petits gestes traduisent chacune de ses humeurs. Une fois qu'on les a repérés, il devient vite facile de lire en lui.
La voix de Jude est relativement aiguë, même après sa mue. C'est comme ça et il s'y est fait, après tout il faut bien vivre avec. Ce pendant, comme la plupart du temps il parle posément et presque sans énergie, elle paraît plus grave qu'elle ne l'est réellement. On se doute bien que, quand il part dans un accès d'enthousiasme et que sa voix monte (très facilement, il faut le dire) d'un coup dans les aigus, c'est surprenant. Jude a aussi un rire absolument terrible, car c'est un rire communicatif. Il est tellement ridicule que c'est difficile de ne pas rire à son tour quand on l'entend. Ça se situe un peu entre le couinements et le grincement de porte, et quand il s'entend il a très honte, à vrai dire ce rire le complexe légèrement. Il a donc pris l'habitude de mettre sa main devant sa bouche quand il rit, comme si ça allait changer quelque chose, haha. Au final, c'est quand même mieux de le voir rire que pleurer, et bien plus fréquent.




Jude, Jude, Jude… Ah, Jude. Au premier abord, on te perçoit comme quelqu'un de réservé, qui n'ose pas engager la conversation avec une personne que tu ne connais pas ou peu, et c'est assez vrai. Un peu timide, mais surtout très incertain, tu n'arrives tout simplement pas à prendre des décisions par toi-même, et plus elles sont importantes, plus tu hésites. Comment savoir pour quel choix opter ? Lequel blesse le moins de personnes, ou apporte le plus d'avantages ? Bon choix, mauvais choix, tu n'arrives jamais vraiment à différencier les deux. Alors tu hésites, tu réfléchis, tu pèses le pour et le contre, et parfois ça peut te prendre des heures. C'est que tu ne voudrais pas regretter, à vrai dire. Ce serait vraiment bête de faire le mauvais choix à cause d'une erreur de jugement, et de te retrouver dans une situation désagréable, pas vrai ? Alors tu avances à ton rythme, en essayant d'éviter les mauvaises choses de la vie. Tu es comme ça, tu as toujours été comme ça, Jude. Aussi, tu ne supportes pas les échéances, être pressé, ou toute situation qui nécessite d'agir rapidement, tu te sens bousculé, forcé à faire un choix alors que peut-être tu n'auras pas le temps de réfléchir à tout, et ça te fait stresser très facilement ce genre de chose. Alors tu perds tous tes moyens, tu paniques, et au final tu ne fais rien du tout. Ce qui ne fait pas avancer les choses. Pas du tout, même. Et ça te porte préjudice, vraiment tu détestes ça. Résultat tu as toujours fait un élève assez mauvais, tu ne finis jamais tes contrôles, et quand tu as un devoir à rendre, comme tu as toujours fait du brainstorming pour rien, la veille au soir tu n'as rien fait, et la qualité de ton devoir en témoigne. C'est dur, l'école, hein ? Parfois tu te demandes ce que ce sera quand tu seras adulte. Tu te poses plein de questions, tu émets plein d'hypothèses, tu aimes beaucoup faire ça, et souvent tu te perds de longues heures dans tes pensées. Dans la lune, ça oui, tu l'es. Agir ce n'est pas ton truc, penser, ça l'est. Ça ne veut pas dire pour autant que tu es intelligent, tu te situes dans la moyenne. Plus que penser, ce que tu apprécies, c'est surtout rêver, t'égarer, t'éloigner doucement de la réalité… Jusqu'à ce que celle-ci revienne soudainement. Rentrer dans une personne ou un lampadaire, tomber par terre ou dans les escaliers, perdre ton chemin, te rendre compte que tu t'es endormi sur tes révisions, ce genre de petites choses ponctuent ton quotidien paisible.
On dit parfois de toi que tu es d'un naturel lent à fonctionner, mais ce n'est pas forcément vrai. Ton cerveau est toujours en pleine activité, même si ça ne se voit probablement pas. Cela ne t'empêche pas d'être assez vif, jovial, et de mettre du coeur dans ce que tu entreprends. Tu es une personne simple, ta façon d'agir l'étant tout autant. Il te faut un certain temps pour agir, mais quand tu t'y mets, tu le fais, et pas qu'à moitié. Tes décisions étant longuement réfléchies, une fois qu'elles sont prises, elles sont sûres, et tu ne reviens pas dessus. Ajoutons que tu as ta propre logique, qui n'est pas forcément accessible aux autres. Tu as souvent du mal à expliquer avec des mots ce que tu penses, alors il t'arrive de faire des analogies très surprenantes, ou des gestes tout aussi inhabituels. Ta façon de parler est également constellée de tics de langages signifiant l'hésitation, tels que "je crois", "je pense", "j'imagine", "on dirait", "je ne sais pas", et bien d'autres. Ça peut devenir bien embêtant pour tes interlocuteurs, tu sais pas t'expliquer, ni vraiment parler, comme si le langage était un outil que tu ne maîtrisais pas, alors que tu n'es plus un nourrisson. Quelque fois tu parles un peu trop vite, alors tu mélanges aussi l'ordre des mots, nouvelle preuve de ta maladresse. Même si tu n'es pas vraiment doué, on retiendra que tu as beaucoup de bonne volonté, mais que pour en faire quelque chose de bien, c'est pas toujours ça. Tu es également attentionné, attentifs aux détails plus qu'aux choses en général, c'est juste que ça t'interpelle, ça te paraît plus proche. Ta mémoire n'est pas des plus efficaces, en fait elle te lâche toujours pour les choses les plus importantes, et tu te rappelles que des choses inutiles. Résultat tu accumules un savoir relativement absurde et pas vraiment pertinent, alors que les choses un peu plus «pratiques», tu ne les retiens pas. Ça ne t'empêche pas de te débrouiller à ta manière et de trouver des solutions aux problèmes, mais c'est souvent un peu tordu. Ça te représente bien, cela dit.
Curieux, tu aimes découvrir de nouvelles choses, mais généralement tu hésites trop pour que ça se concrétise, parce que tu as peur de te mêler des affaires des autres. Tout dépend de la situation, mais généralement tu hésites moins quand tu es dans un environnement familier, avec des gens qui te sont proches. Une activité qui te plaît énormément est de sortir te balader -ou devrais-je dire te perdre- dans la nature — et le Connemara est l'endroit idéal pour ça. Tu déniches tous les petits coins tranquilles et isolés, que ce soit en faisant exprès ou non, et tu y passes des heures à rêvasser ou somnoler, tu te sens libre, tu prends ton temps et tu n'as plus aucune obligation, tu oublies tes soucis, dans ces moments-là. Qu'est-ce que c'est agréable. D'ailleurs, même si être seul ne te dérange pas, y emmener un ami non plus. Tu apprécies avoir des moments d'intimité, mais ça ne veut pas dire que tu es solitaire, non, tu aimes beaucoup la compagnie, et être vraiment seul te fait certainement un peu peur. Parce que c'est triste, non ? La vie est plus amusante quand on la partage ! On remarquera que tu as le coeur sur la main, mais aussi que, naïf que tu es, cela te rend facilement manipulable. Eh oui, tu réfléchis tout le temps à la meilleure chose à faire, mais parfois ta réflexion est influencée par les autres, comme s'ils la coloraient, alors qu'elle se veut transparente. Ça arrive, ça arrive. Quoiqu'il en soit, tu es un garçon tranquille, Jude, peut-être un peu trop, trop insouciant. Mais tu penses qu'il vaut mieux ça que se prendre la tête, et tu as bien raison.



HISTOIRE
Darling, thank you.



Tu es né dans une famille modeste, chaleureuse, logeant dans le Sud de l'Irlande, d'où vous n'êtes jamais partis. Aîné d'une fratrie de quatre, deux filles et deux garçons, tu ne t'es pour ainsi dire jamais ennuyé. Vous aviez une vie paisible, et très tranquille, où tu avais toujours à faire. Jouer, aider vos parents, et surtout pour toi garder les trois plus petits, c'était un quotidien agréable. Ça a duré une bonne partie de ton enfance, et toi, tu ne demandais rien de plus.

À tes huit ans, alors que ton plus jeune frère était à peine âgé de trois ans, et que vous n'y compreniez pas grand chose, vos parents se sont séparés, d'un commun accord. Le divorce, ça arrive. Ça vous a perturbés au début, de faire vos bagages et de partir avec Maman, vous ne vouliez pas lâcher votre Papa. Mais vous le voyiez souvent, les vacances, certains week-ends, vos parents ont gardé une relation de bonne entente. Chez votre mère, dans ce village des plus perdus au milieu de la campagne du Connemara, la vie était tout aussi tranquille qu'auparavant. Voire plus tranquille. La nature, le calme, des voisins gentils, que demander de plus ? Un peu d'argent, peut-être. La situation ne s'était pas arrangée depuis que vous aviez quitté votre père, mais Maman faisait de son mieux pour subvenir à tous vos besoins. Vous mangiez à votre faim, étiez habillés, logés, et n'aviez pas froid. Peut-être vous manquait-il un peu de confort, mais vous ne vous en plaigniez pas.

Très tôt, tu as appris à t'occuper de tous tes frères et soeurs, et de quelques tâches ménagères, pour aider Maman. Cuisine, rangement, vaisselle, aspirateur, repassage, faire tout cela ne te dérangeait pas vraiment. Seul, tu te mettais à rêvasser, parfois les petits t'aidaient aussi. Vous étiez tous proches, même si, avouons-le, ils étaient bien plus turbulents que toi. Tu avais de plus en plus de mal à les gérer, au fur et à mesure qu'ils grandissaient, car ton semblant d'autorité n'a jamais vraiment été suffisant. Malgré tout ton enfance fut une partie heureuse de ta vie, que tu ne regrettes pas.

Et puis, il y a eu Viola. Vous avez mis quelques temps à faire connaissance, mais vous vous êtes tout de suite entendus. Vous aviez le même âge, et elle était tellement gentille ! Viola, c'était votre voisine. Elle vivait chez sa grand-mère, et elle s'est présentée à toi et ta fratrie comme la princesse du village ! Sauf qu'elle se sentait seule sans sujets avec qui parler. Ce à quoi tu as répondu que vous, vous étiez là ! Après cette rencontre, plus un jour ne se passait sans que tout le monde aille jouer avec elle, et à partir de là, c'était bien plus simple de gérer tes frères et soeurs : un ordre de la princesse et hop ! ils l'exécutaient. Qu'aurais-tu fait sans elle, tu te le demandes encore aujourd'hui. Mais c'était valable pour toi aussi. Dès le début, elle te considérait comme son serviteur personnel, un valet spécial, et non un simple sujet. Tu t'en sentais honoré. D'autres auraient voulu être prince ou roi, toi, ta place te convenait. Tu ne posais pas de question, tu t'amusais, tu profitais. Et vous vous rapprochiez, oui, vraiment tu adorais Viola.

Vint enfin le temps d'aller au lycée. Pas plus de lycée que de collège dans votre village, il fallait partir loin. Comme toujours, tu étais perdu. Tu voulais rester avec Viola, mais était-ce possible ? Apparemment, oui. Vous avez tous deux reçu une lettre du pensionnat… Immortalia ? Tiens, tu connaissais pas. Mais tu n'en fis rien, c'était pas étonnant, en fait. D'un commun accord, vous avez tous deux intégré cette école prestigieuse, c'était un honneur pour deux campagnards comme vous. Et au début, ça vous a fait un choc. La vie là-bas était tellement… Différente. «Précipitation» est le mot qui t'es venu en tête quand tu as commencé à y vivre. Tu n'aimais pas vraiment ça, et à vrai dire tu n'aimes toujours pas ça. Tu ne changeais en rien ta façon d'être, pourquoi l'aurais-tu fait ? Tout le monde savait déjà que tes résultats ne seraient jamais brillants, mais tant que tu pouvais espérer un métier qui te fasse subsister, ça t'était égal.

Une seule chose te semblait étrange dans cet établissement : la classe M. Tu n'avais jamais compris ce que c'était, et personne ne t'avait jamais expliqué. Un grand mystère, que tu brûlais de percer. Au bout de presque un an dans ce pensionnat, un an passé sans jamais obtenir ne serait-ce qu'une seule information, le directeur t'a appelé. Bizarrement, et une fois n'est pas coutume, tu as su tout de suite pourquoi. La classe M. On allait enfin t'expliquer ? Tu trépignais — ce qui était un exploit pour toi.

Sauf que ce qui s'est passé une fois arrivé dans cette sombre salle 3.4, tu n'aurais jamais pu l'imaginer, même dans tes rêves les plus fous. Même toi, qui passais tout ton temps à rêver éveillé. Comment se douter que le directeur te… T'implanterait l'esprit d'un dieu dans le corps ? C'était inimaginable, vraiment. Il t'a fallu quelques jours pour déjà t'en souvenir, mais tu ne t'y es toujours pas fait.

Thôt, hein ? Dieu égyptien, d'accord, d'accord, pourquoi pas. En fait ça aurait dû beaucoup te perturber que sa voix s'incruste comme ça, sans rien demander, dans ta tête, et ça l'aurait sûrement fait, si ça avait été un autre dieu, mais comment dire… Thôt, ce qu'il raconte, c'est tellement long et incompréhensible, que la plupart du temps tu décroches au bout de deux phrases. Ce qui ne manque pas de le blesser. Dieu de la parole, de l'écriture, et des maths. Oui, des maths. Tu n'aurais jamais pensé qu'il puisse exister un dieu des maths. Le feu, la mort, ok, pourquoi pas, mais les maths… Euh… Pas que ce soit un peu la loose, mais quand même. Bon, un avantage est que grâce à lui, tes notes ont fait une incroyable remontée que personne n'a pu comprendre, quelle que soit la matière. Personne… Sauf Viola. Tu as eu l'agréable surprise de découvrir qu'elle aussi faisait partie de la classe M ! Qui l'eût cru. En tout cas c'était une bonne surprise, vous étiez encore ensemble. Sa déesse a l'air vachement plus intéressante que Thôt, au passage. Mais ça, mieux vaut ne pas le lui dire, à Thôt. Ce qui va être dur, puisque maintenant tu dois vivre avec lui. Il va vraiment souffrir, le pauvre. Il y a des dieux qui cherchent à soumettre leur possesseur, d'autres qui y sont soumis, et il y en a qui cherchent simplement à se faire remarquer.



OH MON DIEU ET TEST RP
I am overflowing with words I do not




have.



«… de. Jude. Jude, s'il te plaît, aurais-tu l'obligeance de prêter ne serait-ce qu'un tant soit peu attention à ce que j'aimerais te communiquer ?»



«… Pardon ?», tu t'arrêtes net, clignant des yeux.

De quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? On t'a parlé ? Mince, tu étais tellement perdu dans tes pensées sur la différence entre les grillons et les criquets que tu n'as rien écouté du tout. Et aussi, tu as failli rentrer dans les toilettes des filles. Oups. En un sens, heureusement que l'autre -c'est quoi son nom, déjà ?- t'a réveillé. C'est une étourderie d'évitée. Une, c'est déjà mieux que rien.

«Ne t'ai-je pas répété assez de fois que l'on me nomme Thôt ? T, H, O accent, T, dans votre alphabet linéairement pauvre et manquant cruellement de créativité.»

… Ah oui, c'est vrai. Thôt. C'est fou le mal que tu as à retenir son nom. Le mal qu'il a à retenir ton attention est à peu près du même niveau.

«Mais là ne se situe pas la question, jeune mortel. Je ressens la nécessité de partager avec toi -puisque tu te trouves hélas être la seule âme à laquelle je puisse démontrer mes incroyables découvertes- une trouvaille qui, il me semble, révolutionnera les mathématiques modernes, dans le sens où…»

Blablablablabla. Et voilà, il t'a -encore- perdu.

«… Qu'en penses-tu ?»

Bon, au moins, l'avantage quand il s'emballe comme ça, c'est qu'il ne remarque même plus que tu as préféré aller au petit coin qu'écouter sa théorie faramineuse — à laquelle tu n'aurais probablement rien compris, de toute façon.

«Je crois… Euh, enfin, j'imagine que… Que ça va changer la vie de la population entière…?», tentes-tu, perdu.

«Évidemment ! Ne suis-je pas génial ? Maintenant, mon enfant, j'aurais l'immense besoin de toi pour faire partager ce savoir indispensable au reste du monde. M'accorderais-tu, l'espace de quelques instants dont on définira la durée par la variable T, une concentration sans faille afin de coucher sur le parchemin ce que je viens de te révéler ? Je prendrai, il en va de soi, le soin de te dire à nouveau, et précisément, ce qu'il y a à écrire.»

«… Tu me donnes mal au crâne, ça te dérangerait d'attendre… S'il te plaît ?»

… … …

Pas de réponse. On dirait bien que tu l'as vexé. Il va s'en remettre, le pauvre. Mais n'est-ce pas sa faute, si tu décroches à chaque fois qu'il essaie de t'expliquer quelque chose ? Ben oui, il fait des phrases toutes plus longues et complexes les unes que les autres, comme s'il prenait plein de mots que tu ne connaissais pas et les mettait les uns à la suite des autres. En plus il parle de maths… Alors comment c'est possible de suivre ? Mystère, ce type est un mystère. Mais au fond, tu l'aimes bien. Il n'est pas mauvais, juste un peu (beaucoup) pompeux et compliqué. Il est vraiment tombé sur la mauvaise personne s'il voulait pouvoir étaler sa science et la diffuser. Toi, tu reprends juste ton chemin. Vers où ? … Bonne question, tiens.




KONO



OUI BON ALORS JE COMMENCE PAR DIRE QUE SANS VIOLA J'AURAIS JAMAIS CAPTÉ COMMENT TROUVER LE CODE JE SUIS NUL ET JE PLEURE OTL
Sinooooon on m'appelle donc Kono, j'ai 17 ans (anniv' le 20/01 c'est important ok) et je me qualifie au masculin. Je suis plutôt dispo pour l'été mais je passe en prépa littéraire en Septembre donc après je risque plus vraiment de pouvoir venir, enfin tout dépendra. Aussi j'aime beaucoup les sucreries et les câlins et voilà, en fait je sais pas quoi dire je sais pas parler de moi idk, ah si j'aime bien les dorks et euh donc sa couleur préférée à l'autre gugusse c'est le vert bouteille :C Ah et oui très important, le texte dans ce modèle de fiche est vraiment très petit vous trouvez pas ? Et OUI, je sais pas à quelle personne écrire en fait, du coup c'est le yolo total cette fiche, pardonnez-m'en ;w;


(c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Kono-Senpai le Mar 7 Juil - 18:56, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: Immortalia ou wathever •• Jude   Dim 28 Juin - 15:37


Yolooooooo


Which literally means «air person»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Immortalia ou wathever •• Jude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jude Law - 200*320

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hourai Aika :: Konohahahaha :: ※ oui bon ici c'est les fiches à Kono ok-
Sauter vers: