ok l'ancienne version était peut-être mieux :srs:
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kitamura Rui - KagePro V2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soda
All hail Soda-sama
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 24/06/2012

MessageSujet: Kitamura Rui - KagePro V2   Sam 21 Nov - 22:42

Code:
<center><div class="prwrap"><div class="prtop"></div>
<table cellspacing="50" style="margin-top: -120px; margin-bottom: -20px;"><tr><td><img src="http://i.imgur.com/GTMeEXW.png" class="pricon"/></td><td><img src="http://i.imgur.com/W505INf.png" class="pricon"/></td></tr></table>
<span class="prblue">Kitamura</span> <span class="prpink">Rui</span>
<span style="font-family: georgia; font-size: 10px; font-style: italic; letter-spacing: 5px;">feat. Oreki Houtarou ㅡ Hyouka</span>

<table><tr><td><div class="prbox1"><span class="miniblue">nom ▬</span> kitamura
<span class="minipink">prénom ▬</span> rui
<span class="miniblue">sexe ▬</span> ♂
<span class="minipink">âge ▬</span> 17 ans
<span class="miniblue">orientation sexuelle ▬</span> idk (mikumosexuel)
<span class="minipink">occupation ▬</span> étudiant et bibliothécaire à temps partiel
<span class="miniblue">groupe ▬</span> solitaires
<span class="minipink">nom de la capacité ▬</span> calculating eyes - permet de voir son environnement en tant que données et calculs, comme la distance précise d'un objet à un autre, la hauteur d'un bâtiment ou encore l'écart qu'il y a entre lui et une certaine personne, ainsi que de calculer rapidement des distances ou faire de l'arithmétique.
<span class="miniblue">cause de mort ▬</span> tombé du 7ème étage de l'appartement.
</div></td><td><div style="width: 5px; height: 120px; background: #f6f6f6;"></div></td><td><div class="prbox1"><span class="minipink">taille ▬</span> 1m68
<span class="miniblue">poids ▬</span> 52kg
<span class="minipink">couleur des cheveux ▬</span> bruns avec reflets châtains.
<span class="miniblue">couleur d'yeux ▬</span> vert feuille.
<span class="minipink">teint ▬</span> plutôt pale.
<span class="miniblue">particularités ▬</span> cicatrices sur les poignets et les cuisses. : ) Puis c'est une fashion victim, il poste plein de tweets de ses fringues [strike]pour ça qu'il a plein de followers[/strike]
</div></td></tr></table>


<img src="https://49.media.tumblr.com/f504a043608e3f6d875142f264b2d18e/tumblr_nx0j94r9sJ1shj30bo3_500.gif" class="prgif">


<span class="prblue">personnalité</span>

<div class="prbox2">Allons droit au but. T'étais quelqu'un de franchement pas agréable vu comme ça, silencieux, peu de présence, une tête de six pieds de long, les écouteurs vissés aux oreilles. Autant dire que tu ne respirais pas vraiment la sociabilité. Dur de se faire des amis quand on passait ses pauses à jouer à Deemo ou à essayer de gagner quinze minutes de sommeil pour la prochaine nuit. Parce que t'étais comme ça, tu conservais ton énergie, tu ne parlais que très peu pour économiser du souffle inutilement utilisé. Sauf que ça, c'était avant. Pas totalement. C'est compliqué.

T'avais toujours été d'attitude un peu froide, même avec ton meilleur ami. Un sourire discret par là, un léger rire par ici, tu n'étais pas la personne la pluuuuus émotive du monde, mais tu commençais à te détacher de ta phase glaçon emo. Depuis certains événements, t'avais un peu lâché ton self-control qui te faisait passer pour un fantôme devant toute ta classe – même si cette partie n'avait pas vraiment changé. T'avais décidé de laisser tomber le mutisme permanent pour passer au semi-permanent. Parce qu'il ne fallait pas espérer de miracles de ta part, non plus. Enfin. Plutôt silencieux donc, t'étais loin du moulin à paroles qu'était ton meilleur ami, mais tu savais quand même aligner deux mots. Au moins deux. Pas plus. Entre autres. Par contre, t'étais très facile à déstabiliser, intérieurement. Extérieurement t'avais juste une pokerface permanente, limite, tu l'avais programmé à 7h pour tenir jusqu'à 22h. Oui donc intérieurement, disais-je. Il suffisait que ta routine soit légèrement modifiée pour que tu te mettes à refaire tes plans trois mille fois dans ta tête et trouver un moyen de rentrer chez toi le plus vite possible. Ce qui, dans la plupart des situations... Ne marchait absolument pas. Tu finissais par t'embarquer dans n'importe quoi pour finir plus mort que tu l'avais jamais été.
Enfin bref. Tu étais du genre défaitiste. Pessimiste. T'envisageais toujours le pire dans les situations. Entre autres. C'était histoire de te rassurer en fait. Étant assez stressé par tout et rien de base – bien que ça ne se voie que très peu en dehors de tes crises d'angoisses minimes,  imaginer les pires scénarios et les moyens de t'en sortir t'apaisait grandement. Sauf quand, justement, il n'y avait pas moyen d'en sortir et que tu t'y retrouvais confronté. Bon, t'étais pas non plus effrayé au point de fuir, mais c'était jamais très agréable. Sur cette lancée de problèmes désagréables on avait aussi ta... GRANDE flemmardise. Tu faisais le strict minimum par pure flemme parce qu'au moins, ça t'évitait les remontrances et tu ne te fatiguais pas trop – même si dernièrement, tu mettais plus d'efforts dans ce que tu faisais.

Mais malgré tout ça, tu arrivais quand même à te trouver des qualités. Un peu. Efficace dans ce que tu faisais – temps gagné + fatigue économisée = belle vie, plutôt (TRES) charismatique (mais si que le cliché du brun ténébreux aux yeux chatoyants ça marche toujours)(même avec des cernes ça marche, j'vous jure!), assez compréhensif vis-à-vis des gens que t'aimes bien, t'as beau être la ice queen n°1, il t'arrive de montrer de l'inquiétude envers les gens qui te tiennent à cœur. Mais pas tout le temps. En fait, quand t'étais inquiet, c'est limite si tu n'étais pas plus figé que d'habitude, pour pas que tu te mettes à trembler comme un pas doué.

Pour ce qui est de tes goûts, t'étais très accro aux jeux de rythme (si bien que tes doigts en bougeaient à une vitesse pas possible sur le piano à force), au piano aussi, puis t'aimais bien prendre soin de toi, surtout de ta manière de t'habiller, plutôt casual chic, ce qui faisait beaucoup contraste avec tes cheveux complètement ébouriffés, mais passons. Tu étais aussi très intéressé par la galaxie, les étoiles, les trous noirs, une fois qu'on te lançait, on t'arrêtait plus. Tu commençais à prendre la bouille du passionné, les pupilles brillantes, les joues un peu rouges, t'étais toujours content d'en parler. C'était un peu le sujet qui t'illuminait. POUR UNE FOIS. Par contre il suffisait d'apprendre ta plus grosse faiblesse et c'en était fini de toi. T'avais horreur de l'altitude. Être en hauteur n'était pas si dérangeant si tu n'en étais pas pleinement conscient. Mais il suffit d'un regard en bas et tu devenais un petit chiot apeuré. En espérant que personne ne s'en rende compte... Trop tard teehee~
 

</div>

<img src="https://45.media.tumblr.com/a9adeb66a230a4a3e6ff615857154fb2/tumblr_nuyg0r3yY91uvfuaqo6_500.gif" class="prgif">


<span class="prpink">histoire</span>

<div class="prbox2">Un bruit de vase cassé, encore, des cris, tu te recroquevillais sous ta couverture alors que tu apercevais ton grand frère dans les escaliers, espionnant vos parents, ses petites mains fermement accrochées à la rambarde en métal alors que le mur le cachait à moitié. Ce fut comme ça pendant de longues années. Il espionnait toujours alors que toi, tu restais dans ton lit à te boucher les oreilles en te disant que ce n'était pas en train d'arriver. Enfin, si, tu savais qu'ils n'allaient pas rester ensemble longtemps, mais tu ne voulais pas y croire. Ta petite âme d'enfant te criait de ne pas abandonner, qu'ils allaient de nouveau bien s'entendre, comme avant !!! Mais c'était sûrement trop demandé ? Ah, qu'est-ce que c'était compliqué les adultes. Au moins avec ton frère, tu ne criais pas comme ça. Il avait peur pour toi, peur que tu prennes réellement conscience que votre famille ne tenait plus qu'à un fil. Alors il jouait avec toi, t'occupait sans cesse l'esprit en te donnant une console de jeux avec Pokémon, ou bien en te proposant un jeu de société. Il te proposait même de l'aide pour tes devoirs. Oui, Yuri voulait à tout prix que tu ne penses pas aux circonstances qui pouvaient avoir lieu. Sauf que toi, dans ta petite tête d'enfant, tu te remuais les méninges. Tes camarades de classe avaient des parents qui s'entendaient bien, pourquoi pas les tiens ? C'était stupide comme question, surtout que ça arrivait souvent. Mais tu ne savais pas, toi. Tu pensais qu'il n'y avait que chez toi que les cris résonnaient, que les verres se brisaient, que les pleurs se faisaient entendre de plus en plus souvent. La naïveté. Personne ne peut blâmer un enfant qui ne comprend pas ce genre de situation. Pour lui ce n'est simplement pas logique, pour toi non plus. Pourquoi n'étaient-ils plus contents ensemble ? Est-ce que c'était de ta faute ? Parce que tu avais un mutisme assez permanent qui inquiétait ta mère ? Ou parce que tu étais juste là, dans cette famille, dans cette maison ? Personne ne pouvait le dire. Pas même eux. Ni même lui.

Puis l'âge de comprendre vint, tes parents vivaient toujours ensemble, mais toi, tu étais perdu. S'ils ne s'entendaient pas, pourquoi ne partaient-ils pas chacun de leur côté ? Est-ce qu'ils attendaient quelque chose de la part de Yuri et toi ? Ou alors ils voulaient simplement ne pas vous inquiéter ? Tu avais beau te poser mille et une question, aucune réponse claire ne vint à tes oreilles. Même ton frère, ton guide, ton meilleur ami, ne savait plus quoi te dire. Il pleurait tous les soirs, et tu l'entendais, tu l'écoutais, le cœur serré. C'était dur de soutenir un frère, malgré une relation proche. Tu avais cette étrange impression de l'abandonner, de le laisser seul, de laisser ta seule lumière s'éteindre petit à petit. Quelques petites tentatives de réconfort par-ci par-là, qu'il acceptait d'abord avec plaisir, puis de moins en moins, jusqu'à se braquer en hurlant : « Je ne suis pas faible, laisse-moi !! ». Et toi, comme une âme errante, tu restais là, sans bouger, sans rien dire, ni rien faire. Tes parents ne se parlaient plus, ils ne s'adressaient à vous qu'en privé, quand l'autre n'était pas là. C'était étrange. Désagréable. « Séparez-vous. », pensais-tu. Mais le jour suivant, « Réconciliez-vous ». C'était trop dur. Tout ce tracas ne t'arrangeait ni toi, ni ton frère. La tension montait, les silences se faisaient plus présents, jusqu'à parfois entendre le bruit de la pluie et du vent contre les fenêtres.

D'ailleurs, toi et ton frère n'étiez plus aussi proches. Il avait évolué de son côté, mais toi non. Tu étais resté dans son ombre, et même s'il te rassurait de temps en temps, il lui arrivait de te hurler de te prendre en main, que lui aussi avait du mal à tenir la pression. Plus les jours passaient, plus il criait. Contre toi, le lycée, ses amis, puis vos parents.

C'était au milieu des vacances d'été, un 15 août, tu les avais entendus. Un bruit de vase cassé, encore, des cris, tes mains se refermaient sur ta lanière de sac alors que tu apercevais ton grand frère dans le salon, criant sur vos parents, ses joues rougies à cause des deux claques qu'il avait prises. Paniqué, tu n'osais plus bouger d'un pouce, regardant la scène, les yeux écarquillés. C'était une blague. Un rêve. Un cauchemar même. Et tu avais été lâche. Jamais les escaliers de la maison n'avaient été gravis aussi vite. Alors tu n'arrivais plus à t'enlever ces images de la tête. Bruit de pas lourds, la porte de la chambre qui claque et des bras qui vinrent se nouer autour de ton cou. « Viens, on s'en va. », qu'il t'avait murmuré. C'était sans doute l'incompréhension la plus totale de toute ta vie. Partir ? Où ? Comment ? Avec quel argent ? « Partir, sans rien, juste partir. ». Il lisait sur ton visage comme si tu lui parlais, il te connaissait tellement, mais le plus grand savait aussi que tu mettais un certain moment à comprendre où il voulait en venir.
Ce fut donc la fameuse nuit suivant la dispute, vous vous étiez, tous les deux, retrouvés assis au bord de la fenêtre ouverte. Réflexe du cerveau humain, vous étiez assez reculé du bord. La conscience n'est pas prête à se laisser mourir, n'est-ce pas ? Les signaux reçus par les symboles donnés se font nombreux et empêchent le corps d'aller jusqu'au bout. Mais le regard de Yuri était déterminé.([b]You gaze at the ground. It fills you with determination.[/b]#undertalethxoxy) Le tien ? Non. Absolument pas. Tu estimais la hauteur à 20 mètres, mais c'était trop, vous alliez y passer. Tu ne tenais pas particulièrement à quelque chose dans cette réalité, mais tu tenais à la [i][u]vie[/u][/i]. La pression de vos mains se fit plus forte. Allez, ça allait être comme une chute libre... À la différence que vous n'alliez pas en voir le bout. Jamais. Puis. Tu le sentis partir. Le corps de ton frère. En avant. Dans un vain élan de peur, il remonta soudainement, mais trop tard. Ses jambes n'avaient nulle part où s'accrocher, alors il tomba. Toi avec. Le poids de l'un entraîna l'autre. Ton regard horrifié n'eut même pas le temps de comprendre ce qui arrivait que tout devint noir.

[u]Loop 5 – again and again[/u]

Ca faisait... trop de fois. Et cette peur ne disparaissait jamais. Avec le temps on s'habitue, qu'ils disaient. Mais à la mort, on ne s'y fait pas, tu avais fini par le comprendre. Ton frère quant à lui... Il ne semblait avoir conscience de rien. Étais-tu devenu fou ? A cause des disputes et du stress incessant ? (regardez mes allitérations en sssss hein kakkao). C'était possible. Alors tu étais capable de voir votre mort ? Plusieurs fois ? Ca te semblait complètement surnaturel. Pourtant, cette fois, c'était différent. Ca n'avait pas été volontaire. Au lieu de rester planté à rien faire, tu avais décidé de retenir ton frère, de le calmer en le serrant contre toi. Mais l'autre brun, dans un coup de rage, t'avait pris par le col pour te pousser au bord de la fenêtre. Il avait plus de force, tu manquais d'équilibre, il voulait te faire peur, ça a mal fini. Encore.

[u]Loop 25 – Premonition[/u]

C'en était trop. Tu commençais à avoir peur. Vous voir mourir, à chaque fois. Tomber de ce foutu septième étage, encore ! T'écraser contre le sol, encore !! Et si tu ne faisais rien ? Que tu le laissais seul quand il te proposait de partir ? Non, déjà essayé, encore écrasé. Il fallait que tu t'organises, que tu arranges tout pour ne pas tomber. Ni lui, ni toi. Surtout toi. Tu le pensais tout bas, mais tu le pensais. Ne pas mourir. Pas encore. Encore cette dispute, tu savais comment il saisissait ton col, te plaquait contre la fenêtre ouverte pour te pousser. Et tu contras tout. Avant que sa main ne vienne saisir ta chemise, tu pris son poignet pour le plier avec le plus de force possible, les rôles ainsi donc inversés. Ca a marché. Ca a si bien marché, que tes yeux avaient eu le temps de capter que tu l'avais poussé trop fort, que tu étais le corps à moitié dans le vide, la main tendue, voulant vainement attraper celle de ton frère. 9,8km/sec. 20 mètres. Puis plus rien. Le noir. Le néant encore. Mais toi. Vivant.

- - - - - - - - - - - - - - -

C'est lors d'un contrôle de maths que tu les avait vu. Ces chiffres rouges, s'affichant partout sur ta feuille, résolvant tous les problèmes à ta place, calculés le moindre millimètre entre chaque mot, chaque ligne, chaque virgule. Comme s'ils te reprochaient de ne pas avoir sauvé ton frère de cet environnement que tu avais étudié, calculé. Mais dont tu ne te souvenais pas. Ces yeux étaient pour toi un poids, un calvaire, mais impossible de savoir ce qui en faisait l'objet. La mort de ton frère avait comme disparu de ta mémoire. Tu avais tué ton soleil, ta lumière, ta vie.
</div>

<span class="prpink">hors </span><span class="prblue">rp</span>

<table><tr><td><img src="http://i.imgur.com/kb2bjH7.png" class="pricon"/></td><td><div class="prbox3">Coucou, ici Soda, j'aime donner des feels mais je sais pas comment les écrire lovu lovu !! Sinon vous avez tous gérés pour la remise en forme c'est super beau !</div></td></tr></table>
<br/><br/></div></center>


Dernière édition par Soda-kun le Lun 30 Nov - 23:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daysinhaze.forumsgratuits.fr
soda
All hail Soda-sama
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 24/06/2012

MessageSujet: Re: Kitamura Rui - KagePro V2   Sam 28 Nov - 23:07

ava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daysinhaze.forumsgratuits.fr
 
Kitamura Rui - KagePro V2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hourai Aika :: Konohahahaha :: ※ Fiche de présentations-
Sauter vers: