ok l'ancienne version était peut-être mieux :srs:
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Glen v.1 •• MES FELS PUTAIN TROP DE NOSTALGIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Glen v.1 •• MES FELS PUTAIN TROP DE NOSTALGIE   Ven 1 Jan - 19:50


Informations

Prénoms: Glen, Roy
Nom: Salford
Age: 18 ans, né le 05/09/2046
Orientation sexuelle: Se dit asexuel mais en fait c'est un homo refoulé

Starter: Magicarpe
Surnom: Aucun mais Glen la surnomme «La Poiscaille»
Nature: Naïve (+Vit. ; -Déf. Spé.)
Capacité spéciale: Glissade (Double la vitesse sous la pluie.)
PV : 17
Attaque : 6
Défense : 10
Att Sp : 6
Def Sp : 6
Vitesse : 14

Description/autres: La Poiscaille, d'abord, c'était un cadeau. Les soeurs de Glen sont tellement gentilles qu'elles n'ont pas hésité une seule seconde à lui offrir cet adorable Pokémon pour une obscure raison. Mais il a fini par s'y faire, il est dur, Glen, mais pas au point de ne pas s'occuper, de maltraiter ou d'abandonner un pauvre Pokémon qui n'a rien demandé. En plus La Poiscaille elle est toute innocente, toute gentille, dans son regard de merlan frit on peut lire beaucoup d'affection pour son maître, ce qui fait fondre le petit coeur dudit maître. C'est dur de progresser, mais ils s'aiment beaucoup. Glen, il préfère même sa Poiscaille à ses soeurs. Enfin, c'est ce qu'il prétend.

« Laisse moi à présent te poser des questions un peu plus personnelles...
Essaie d'y répondre le plus franchement possible. De toute façon, je le saurais, si tu mens. »


Cite-moi quelques unes de tes merveilleuses qualités
Précis, franc (dans le sens où, quand il est décidé à parler, il en tourne pas autour du pot), perspicace, débrouillard, gentil (au fond), sensible, généreux, attentionné, calme, sait garder son sang-froid en toutes circonstances
Qu'en est-il des défauts?
Grognon, solitaire, froid, ne fait pas confiance aux gens, peureux, renfermé, susceptible, se plaint tout le temps, stressé
Et si je te demande de développer un peu ton caractère ?
Glen il est pas vraiment du genre joyeux. Il a comme une prédisposition à la mauvaise humeur, c'est comme ça, c'est tout, il va pas aller chercher plus loin. Bien sûr ça lui arrive de sourire et de se détendre, mais on peut dire que c'est celui de la fratrie à qui ça arrive le moins souvent. Il a toujours une remarque à faire ou une plainte à porter, même si c'est souvent pour rien ou pas grand chose. C'est un peu comme une manière d'extérioriser, parce que c'est aussi un grand nerveux, jamais vraiment à l'aise — à part avec ses soeurs, paradoxe. Un rien le stresse ou le tracasse jusqu'à l'en empêcher de dormir, c'est que ça veut jamais quitter ses pensées quand c'est comme ça. Il est perfectionniste, on va dire, il aime que les choses soient bien faites, peut-être parce qu'il est habitué à ce que ce soit le contraire, à devoir toujours passer derrière les gens pour vérifier que le travail est bien fait.

Il a aussi l'air un peu agressif, comme ça, car il balance assez facilement des phrases du style «Tais-toi si tu ne sais pas de quoi tu parles, stupide !» ou «Arrête-ça, planche à pain !», mais c'est jamais vraiment méchant, au fond. C'est juste que, à son grand dam, ça sort tout seul. Il contrôle pas tout à fait et parfois il aimerait vraiment beaucoup s'être tu, en fait. Parce que comme ça, il a l'air têtu et tête-brûlée, mais ce n'est pas du tout ce qu'il ressent ! Il est très facilement intimidé et se retrouve bien des fois coincé à cause de ça. Il regrette pas mal ses actes qu'il juge souvent erronés malgré sa volonté de bien faire, et son amour-propre en pâtit, il n'a pas beaucoup d'estime de soi. De ce fait, même s'il ne le montre pas, il est facilement influençable surtout quand on touche à ses valeurs. Le garçon se veut droit, fort, et sérieux, mais il a encore des progrès à faire pour le devenir, il n'est jamais satisfait de lui-même. Cette exigence est aussi une source de stress importante, et c'est pour ça qu'il lui faut des gens à ses côtés, ne serait-ce que pour l'aider à décompresser — le faire sourire au mieux. Il aime la tranquillité, pas la solitude.

Mais encore une fois le garçon est paradoxal, il apprécie avoir une présence à ses côtés, et pourtant il n'ose pas s'ouvrir, il n'aime pas dire ce qu'il a sur le coeur, il sent que c'est pas important, pas intéressant. Même s'il se plaint souvent pour rien et la ramène beaucoup pour grogner, il est assez effacé, Glen, il en dit pas vraiment sur lui, c'est presque maladif. Du coup, il se retrouve souvent à écouter les autres, mais là pareil, il se retrouve gêné car il écoute, il comprend, mais il sait juste pas quoi répondre. Il est convaincu qu'il a un problème d'expression ou de socialisation sans trop savoir ce que c'est précisément ni comment y remédier. De temps en temps, comme pour tout évacuer, ça lui arrive de péter les plombs, de juste tout laisser sortir, parce qu'il faut, parce qu'il en a besoin, c'est normal. Dans ces moments-là, rien de très glorieux ne se produit : souvent il pleure comme une madeleine et vociférant diverses insultes à l'égard d'un peu tout le monde, et quand il n'a plus d'énergie (parce que ça épuise !), un gros câlin lui fait bien plaisir. Et puis il repart la queue entre les pattes, tout honteux de pas avoir su se contrôler — car il devrait savoir, c'est un homme après tout Glen, c'est un peu comme un pilier. Mais Glen, c'est un pilier de porcelaine.

Les seuls moment où il est vraiment bien, vraiment lui-même, Glen, c'est, à son grand désespoir, en compagnie de ses soeurs. Ses charmantes soeurs. Entre l'aînée négligente et impulsive, et l'autre petit troll stupide, il a pas été gâté. Surtout qu'elles font exprès de lui mener la vie dure. Mais d'un autre côté ça le stimule pour ne pas se laisser faire, c'est comme un jeu très important où il ne faut perdre ou baisser sa garde sous aucun prétexte. Ça l'aide à aller de l'avant et il peut gueuler comme bon lui semble, c'est vraiment bien pour lui. Et en plus elles le connaissent, après tout c'est pas comme s'ils avaient toujours vécu ensemble, en conséquence elles savent quand ça va pas, et, à leur manière, elles lui remontent le moral, elles le laissent jamais tomber. Même si leur manière de faire est parfois… Exotique. Elles sont comme ça, ses soeurs. Bien qu'il ne le dira jamais, il les aime profondément, et jamais il ne laissera quelqu'un leur faire du mal sans intervenir. Elles sont à peu près tout ce qu'il a, et tout ce qu'il ne veut pas perdre, ce pourquoi il se bat, et se battra encore contre la vie.
Ta citation favorite ?
«Sauvez-moi, s'il vous plaît…»
Quelles sont les choses que tu aimes particulièrement ?
Le café, la lecture, être tranquille, La Poiscaille, les biscuits, les fruits et légumes, le silence, être propre, la musique douce, la brise de printemps, le gris et le bleu, les promenades, le soleil, l'odeur du thé, la neige, la calligraphie, cuisiner, les cristaux.
Et que tu détestes ?
Quand mes soeurs me font chier (c'est-à-dire tout le temps), devoir réparer leurs conneries, ou assumer leur irresponsabilité, qu'on déteste ma Magicarpe l'eau pétillante, le froid, l'hiver, les feuilles mortes, la poussière, l'humour de merde, qu'on ne m'écoute pas, les personnes pas sérieuses, le nougat, les tempêtes, la stupidité.
En général, comment se passe une première rencontre avec toi ?
Ah, hum, j'imagine que je ne dois pas vraiment faire bonne impression. Je suis pas du genre à causer pour rien dire, surtout avec des inconnus, alors je suis, d'après ce qu'on dit, un peu… Agressif. Je suis pas du genre à sourire comme ça, dès la première rencontre, et je ne dis rien de personnel à moins d'y être forcé. Je pense qu'il me faut un certain temps avant de m'ouvrir aux gens. Et j'ai aussi tendance à vouloir éviter la discussion, je suis jamais très à l'aise avec les gens. Du coup, je n'aborde jamais les gens, de toute façon je vois pas trop quoi leur dire.
Faire équipe, plutôt pour ou tu n'aimes pas ça du tout?
Faire équipe… ? Eh, ça dépend. Ça dépend des gens qui veulent faire équipe avec moi. Si c'est pour que je fasse tout le travail à leur place, c'est non merci ! J'apprécie aussi quand il réfléchissent, et qu'ils sont efficaces, sinon je préfère largement faire le travail tout seul, comme on dit : «On n'est jamais mieux servi que par soi-même» !
Comment considères-tu tes pokémons ?
J'aime beaucoup les Pokémons, eux ils sont gentils avec moi et je peux leur parler sans gêne. Ils me comprennent et sont affectueux, je leur montre plus de respect qu'à certains êtres humains. Je pense qu'il faut vraiment leur montrer de l'affection, car ils nous le rendent bien.
Et quel est ton type de Pokémon préféré ?
Les Pokémon Eau ! Même si j'aime également les Pokémon de type Normal.

« Tu ne t'en sors pas trop mal, jusqu'à maintenant. Permets-moi de te poser des questions sur ton passé. Juste quelques unes.. »

As-tu connu le monde avant Idryss ? Qu'en penses-tu ?
Je n'ai pas connu le monde avant Idryss mais mes grands-parents m'en parlaient souvent, avant d'arriver ici. Il y a quelque chose de… Fascinant, dans ce monde. J'aime beaucoup étudier à ce propos, j'aurais bien aimé y vivre, ou du moins voir comment c'était. Mis à part l'avarice et la façon de penser des gens, qui m'a l'air un peu excessive…
Comment s'est déroulée ton enfance et adolescence ?
C'est bête à dire, mais je n'ai plus vraiment de souvenirs de nos parents. Ils sont morts quand on était tous jeunes, ce qui nous a envoyés vivre chez nos grands-parents, et je ne m'en plaindrai jamais, ce sont deux personnes qui se sont occupées le mieux possible de nous trois, et pourtant on n'était peut-être pas des cadeaux. L'histoire des étoiles, je n'y croyais pas, mais je faisais semblant pour Amy. Au début, j'étais un peu perdu, y avait comme un manque, même si je n'ai que quelques souvenirs d'eux. Amy elle était timide et Faith, comme maintenant, elle a pas beaucoup changé en fait — du moins pour moi. Très vite elles se sont mis en tête de m'embêter autant que possible, allez savoir pourquoi… En y repensant, Amy, elle, elle a bien changé, maintenant elle a plus aucune gêne, et elle mène de plus en plus de «missions secrètes» avec Faith pour m'embêter.

C'est un truc qui m'a toujours suivi, ça les «embrouilles» avec mes soeurs, maintenant c'est comme une euh— tradition ? Une vieille habitude trop normale pour être changée ? Toujours est-il que pendant pas mal d'années, même si je leur disais rien, je comprenais pas, pourquoi moi ? Pourquoi je pouvais pas me liguer avec Amy contre Faith ou inversement ? Parce que j'étais le seul garçon ? Le deuxième ? Ou juste un peu plus susceptible ? Ça me taraudait comme pas possible, et comme ça blessait souvent mon amour-propre, je m'éloignais pour au moins me protéger. J'y réfléchissais des heures et des heures, la nuit, sans arriver à comprendre. Et comme j'avais quand même besoin de leur présence (même si je m'éloignais oui oui), j'allais dormir sur un matelas, dans leur chambre, entre leurs deux lits faute d'arriver à choisir avec laquelle des deux dormir. Je m'y sentais bien, mais souvent je regrettais : je me réveillais avec des dessins plein la figure… Et encore, c'était soft, par rapport à tout ce qu'elles ont pu inventer, ces folles…

Résultat, arriva l'adolescence où c'était devenu une habitude que me faire embêter par les deux autres, et je ne cherchais plus vraiment à comprendre, j'ai commencé à me défendre. Pourquoi j'y avais pas pensé avant, ça, mystère. Peut-être que j'osais pas. Comme j'avais mué et pas mal grandi je me sentais certainement plus apte à répondre à leurs «attaques», mais comme je savais jamais trop quoi faire je me contentais de crier, râler, insulter (mais gentiment hein)… En gros j'aboyais sans mordre, et même si ça faisait taire Amy, Faith l'incitait tout le temps à recommencer. De mon côté, je dois dire que ça m'amusait plutôt pas mal, même si je le montrais pas vraiment. Au fur et à mesure j'arrivais même à déjouer certains de leurs plans avant qu'elles ne puissent les mettre en place, je n'en étais pas peur fier ! Comme Faith ne donnait pas l'impression de s'occuper de nous (parce qu'elle a toujours été feignasse et lunatique), il fallait que je crie sur tout le monde pour que ça s'active et travaille, par exemple, j'exprimais une autorité que je n'avais pas, qui revenait à Faith mais qu'elle ne montrait que rarement. Et ça marchait plutôt bien, je pense.

Est ensuite venu le jour de notre entrée à l'Académie. C'était bizarre, c'était nouveau, et comme on peut facilement le deviner, j'étais mal à l'aise. En un sens c'était cool qu'elle n'ait ouvert que récemment, comme ça on y est allés tous ensemble style «envoi groupé pour moins de frais de ports», mais on était un peu désorientés. Faith elle n'en montrait rien, mais Amy et moi on était perturbés. Ce qui faisait que je grognais deux fois plus que d'habitude et qu'elle se planquait dans les jupons de l'aînée. Beau trio. On a dû faire bonne impression, deux blonds et une violette étranges, qui s'engueulent et savent pas se tenir en place. On stressait d'ailleurs pas mal (enfin ça se voyait que sur moi, forcément) quant aux différentes maisons, on serait dans la même, ou pas ? Rien que l'idée de la séparation était un coup dur, on vivait depuis toujours dans cette petite maison chaleureuse, avec pour seule séparation entre nos chambres un petit mur pas très épais (et qui laissait facilement transparaître un bruit monstrueux quand elles voulaient m'embêter de nuit, les deux autres idiotes). Là… Je frissonnais rien que d'y penser. Fallait pas y penser, fallait pas y penser, pas y penser… D'un côté je stressais tellement que je tremblais, et d'un autre côté je l'aurais avoué pour rien au monde, vive moi. Quoiqu'il en soit, après un court temps d'adaptation, on était redevenu le trio infernal, qui s'agitait et faisait un maximum de bruit pour un minimum de crédibilité. On avait juste changé de lieu pour nos turpitudes traditionnelles, et l'air de rien ça m'amusait et m'enlevait la pression scolaire. Ah là là…

Un épisode particulier de mon arrivée à l'Académie fut celui de ma «rencontre» avec l'autre Poiscaille. En fait c'était une merveilleuse idée des deux folles que de m'offrir ce Pokémon à mon arrivée à l'Académie. Soit. Magicarpe, c'est certainement pas le meilleur, mais La Poiscaille elle est trop affectueuse, je l'aime énormément, et même si mes soeurs l'aiment pas trop, moi je la trouve vraiment mignonne… C'est bizarre, mais je l'aime tellement. Je lui parle beaucoup et j'ai l'impression qu'elle comprend, je suis aux petits soins et limite gaga avec elle, c'est un truc de fou (et j'ai pas du tout l'air attardé quand je m'en occupe hahaha- sauvez-moi). Alors forcément, j'ai pas apprécié quand elles ont voulu la… Peindre ? En jaune pour qu'elle soit plus classe. Je tourne les yeux cinq secondes et ensuite je les vois qui trempent mon bébé dans un putain de pot de peinture sûrement hyper toxique ! Ce jour-là j'ai vraiment pété un câble, j'ai crié mais avec une vraie colère derrière, mais on ne m'a rien dit, car c'est vrai qu'elles sont allées trop loin ! C'était hyper tendu le soir, je les fusillais encore du regard sans démordre, elles ont passé un sale quart d'heure. J'ai vraiment eu très très peur, à vrai dire. Du coup, maintenant, elles aiment pas La Poiscaille, et ça peut se comprendre. Mais ainsi va la vie, et ça ira encore ainsi pendant très très longtemps, parce qu'il n'y a pas de raison que ça change, hein ?
Comment t'entends-tu avec ta famille à l'heure actuelle ?
… Ma famille. Hahahahaha- Non, sérieusement. Mes sœurs me martyrisent en permanence, c'est lourd. Mais genre, vraiment lourd. Enfin, je crois qu'à force, j'ai l'habitude… En un sens je m'inquièterais si elles le faisaient pas. Et sinon, les grands-parents ça va, ils sont gentils. Donc j'ai pas vraiment de problèmes de ce côté-là.

« On en voit le bout! Plus que quelques minutes.
Je vais te poser des questions à choix multiples auxquelles tu dois répondre avec honnêteté, bien entendu. Réponds ce qui te vient par la tête, tu n'as même pas besoin de réfléchir. »


Le café, tu le prends comment ?
a. Avec du sucre
b. Avec du lait
c. Noir
d. Je ne bois pas de café

Dans quel lieu te sens-tu le plus à l'aise ?
a. Une bibliothèque
b. En vadrouille à Idryss
c. Dans ma salle commune
d. Dans les jardins

Dans quel restaurant préférerais-tu aller ?
a. Un restaurant chic
b. Un fast-food
c. Un asiatique
d. Je préfère manger chez moi

Parmi ces quatre tableaux, lequel choisirais-tu ?
a. Un chemin
b. L'horizon
c. Des fleurs
d. Un arbre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kono-Senpai
Seigneur du Fab autoproclamé, détenteur du Rose et voleur de chocolat immémorial
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: Glen v.1 •• MES FELS PUTAIN TROP DE NOSTALGIE   Ven 1 Jan - 20:11




Amy Salford
❤❤❤
Un petite soeur parfaitement chiante, qui fait les quatre cents coups aux autres et surtout à Glen, parce que même quand ce n'est pas dirigé contre lui, il en fait les frais car tout lui retombe dessus quand on vient l'engueuler pour les conneries d'Amy. Néanmoins elle est très mignonne et a besoin malgré ses seize ans (sisi) qu'on veille sur elle autrement qu'en lui criant dessus, alors Glen le fait également. Il l'aime profondément même s'il ne le montre pas forcément et sera toujours présent pour elle… En bien comme en mal.

Faith Salford
❤❤❤
Une grande soeur aussi chérie que la plus petite, même si Glen ne le montre pas non plus pour celle-ci. Elle est très calme, trop peut-être, trop nonchalante, trop flemmarde, trop irresponsable, et Glen il râle, mais il sait faire que ça, aussi. D'autant plus que, quand il en a vraiment besoin, elle sait se montrer mature et prendre les rênes, le décharger de tout son stress. Il apprécie donc sa compagnie et lui accorde une totale confiance, savoir qu'elle est là l'apaise. Même quand elle lui fait de mauvaises blagues. Enfin, en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Glen v.1 •• MES FELS PUTAIN TROP DE NOSTALGIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PC trop lent (ShopperReports / Navipromo) [Résolu]
» Pc trop lent
» [Périmé] image trop grande
» la vie c'comme les cours d'anglais, y'a trop d'faux amis.
» Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hourai Aika :: Konohahahaha :: ※ oui bon ici c'est les fiches à Kono ok-
Sauter vers: